Nyon: le chemin de la Redoute devient-il celui de la discorde?

Les habitants des immeubles 14 à 22 ne pourront plus emprunter le chemin de la Redoute par le portail du jardin. Une décision qui fait grincer quelques dents.
06 août 2015, 14:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Une trentaine de locataires, soit quasi la moitié, ont décidé d'envoyer une lettre à la gérance afin d'exposer leurs arguments.

Le chemin de la Redoute va-t-il devenir celui de la discorde? De nombreux locataires habitant les immeubles 14 à 22 dudit chemin le pensent.

«Dans le courant du mois de septembre, nous avons reçu une lettre de la gérance nous signifiant l’interdiction par le jardin à l’accès au chemin de la Redoute qui se trouve derrière les immeubles», explique l’un des locataires Braulio Mora. Le portail existant qui permet aux habitants d’emprunter le chemin de la Redoute risque tout simplement d’être fermé et remplacé par une haie.
 
«Nous avons été très étonnés de cette décision. Ce passage est très utilisé par les habitants. Cela revient à dire que les personnes handicapées, à mobilité réduite, les personnes âgées, les parents d’enfants en bas âge n’auront plus accès à l’immeuble par l’entrée jardin, sachant que l’accès aux immeubles 14 à 22 du chemin de la Redoute et qui se fait par le devant ont tous des escaliers», tient à préciser Braulio Mora.
 
«Cet accès par le jardin existe depuis la construction des immeubles en 1982. Au bout de toutes ces années, on peut parler d’un droit de passage tacite», renchérit pour sa part une autre locataire Vanessa Maouche.
 
Une trentaine de locataires, soit quasi la moitié, ont décidé d’envoyer une lettre à la gérance afin d’exposer leurs arguments quant à la raison pour laquelle cette interdiction porte préjudice. Ils demandent également une rencontre entre les différentes parties concernées afin de trouver une solution convenable.
 
«En finalité, nous demandons que tous les piétons puissent continuer à emprunter ce chemin, vu que les entrées principales des immeubles 14 à 22 ont toutes des escaliers», complète Vanessa Maouche. 
 
Vanessa Maouche et Braulio Mora insistent sur le fait que cette situation n’est pas la faute de la gérance ni du propriétaire. «On ne les met pas en cause. On trouve dommage d’avoir été mis devant le fait accompli.
 
Plus d’infos dans notre édition de mercredi.