Nyon: les feux à proximité de l'autoroute ont créé des bouchons

Décidément, Nyon est brouillée avec les feux. Des dysfonctionnements au niveau du pont de l'autoroute ont créé des bouchons. Des automobilistes ont relayé leur exaspération sur facebook.
07 juin 2017, 14:46
/ Màj. le 07 juin 2017 à 14:57
Les automobilistes ont dû faire preuve de patience.

«De Prangins à l’entrée de l’autoroute, j’ai mis 25 minutes à 15h30!», «3 voitures à la fois en grillant les orange!», «ça devient gentiment dangereux!», «Première fois que c’est aussi chaotique!» Diantre, au regard des commentaires publiés sur la page facebook T’es de Nyon si.., on aurait pu croire qu’une nouvelle tempête liée à des feux de signalisation allait s’abattre sur la ville. Comme en décembre 2014, quand la mise en place des bus au quart d’heure avait suscité la colère des Nyonnais.
Un nouveau cadencement des feux au niveau du pont de l’autoroute était à l’origine de cette salve de critiques. En fait, il s’agissait d’un dysfonctionnement qui depuis le week-end dernier jusqu’à hier matin a retardé les automobilistes qui sortaient de l’autoroute en direction de Nyon ou qui voulaient rejoindre l’A1. Avec, pour corollaire, des bouchons le long de la route blanche.
«C’était clairement indépendant de notre volonté. Ces feux dépendent du canton», précise d’emblée Roxane Faraut Linares. La municipale nyonnaise en charge de la mobilité ne cache pas que cette histoire l’a contrariée, car la responsabilité de cette pagaille allait être imputée aux services de la Ville. «Mardi dès 8h30, après avoir constaté la situation et vu les premières critiques sur les réseaux sociaux, nous avons tout de suite alerté le canton», ajoute l’élue. Qui souhaitait un retour à la normal au plus vite, notamment en raison de Caribana qui va drainer, en cette fin de semaine, sur la région nyonnaise, une surcharge de trafic.

Problème informatique

Et en effet, ce dysfonctionnement aux abords de l’autoroute ne résulte pas d’une nouvelle politique de mobilité de la ville, mais d’un problème informatique, comme l’explique Alain Delacrétaz, responsable de région-voyer de l’arrondissement Ouest. «Nous sommes toujours dépendant de la technologie», commente-t-il. Et quand quelque chose tombe en panne, les impacts sont importants.» Dès mardi, les spécialistes du centre d’entretien électromécanique de la Blécherette ont travaillé sur le problème nyonnais, mais aussi sur des difficultés de même nature apparues à Coppet. Avec donc un retour à une circulation normale mercredi en milieu de matinée. Ce centre travaille sur mandat de l’Office fédéral des routes, responsable des jomctions autoroutières. 

par Marie-Christine Fert