Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Nabilla, la starlette genevoise de téléréalité, encourt trois ans de prison, dont huit ferme

Nabilla pourrait bien retourner en prison. La starlette genevoise de la téléréalité est accusée d'avoir poignardé son compagno, Thomas Vergara, en novembre 2014, à Paris. Le procureur a requis trois ans de prison, dont huit mois ferme, contre la jeune femme de 24 ans.

19 mai 2016, 16:26
La version de Nabilla et de son compagnon est pour le moins alambiquée.

Le procureur du tribunal de Nanterre a requis jeudi trois ans de prison, dont huit mois ferme, contre la starlette de téléréalité Nabilla Benattia. L'accusée s'est défendue d'avoir voulu "faire du mal" à son compagnon, qu'elle avait blessé au couteau en 2014.

Dans son réquisitoire, le procureur a réclamé une peine qui, "tout en ne compromettant pas sa socialisation actuelle, la dissuade de récidiver". La jeune femme ayant déjà passé six semaines derrière les barreaux, il a souhaité que le reliquat d'emprisonnement ferme, environ six mois, soit "aménagé" en dehors d'une maison d'arrêt.

La starlette franco-suisse, âgée de 24 ans, comparaissait pour deux épisodes de "violences volontaires aggravées" sur son conjoint Thomas Vergara, 29 ans. Ce dernier est toujours partie civile mais a "pardonné à la femme qu'il aime". Il ne fera "pas de demandes" de dédommagement, a assuré son avocat à l'ouverture des débats.

Versions contradictoires

Les faits se sont produits la nuit du 6 au 7 novembre 2014 dans la chambre d'un appart hôtel de Boulogne-Billancourt, à l'ouest de Paris, où le couple résidait les jours de tournage d'une émission de télévision.

Le couple en était venu aux mains, jusqu'à ce que Thomas Vergara reçoive un coup de couteau de cuisine en plein thorax. "Mon intention n'était pas de faire du mal", mais de "mettre fin à une crise et dire stop", avance Nabilla à la barre.

Au moment de son arrestation, elle avait d'abord assuré que le couple avait été agressé devant l'hôtel, avant de raconter lors de l'instruction que Vergara s'était blessé seul dans la dispute. Elle avait fini par reconnaître dans son autobiographie, sortie en avril, qu'elle était - involontairement - l'auteure du coup.

A l'audience, elle confirme cette version: "On est dans une période de crise, on se dispute, on n'est pas d'accord sur plein de choses. Pour mettre fin à ça, j'essaie de lui faire peur et il vient vers moi, on se dispute et malencontreusement le couteau rentre dans son corps". "Je n'ai pas voulu blesser", ajoute-t-elle, sans jamais cesser de toucher ses cheveux, "je ne suis pas une meurtrière".

Chute sur un couteau

Le procès, qui devait durer toute la journée, examine aussi des faits survenus trois mois plus tôt dans le sud de la France. Thomas Vergara, blessé au dos à l'arme blanche, avait alors assuré être tombé, déstabilisé par son chien, sur un couteau à barbecue qui séchait sur un muret.

La prévenue, qui encourt sept ans de prison, admet une part de responsabilité: "On s'est battu, je l'ai poussé", je pense qu'il s'est écorché le dos, qu'il s'est rentré la fourche ou quelque chose dans le dos", propose-t-elle à la barre.

Les deux jeunes gens s'étaient rencontrés en 2013 dans le cadre de l'émission "Les anges de la téléréalité". Considérée par ses critiques comme l'archétype de la vacuité, Nabilla a accédé à la célébrité grâce à l'expression "Non mais allo, quoi!", prononcée la voix traînante et le ton un tantinet vulgaire, plébiscitée par les internautes et détournée par des publicitaires.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Votre publicité ici avec IMPACT_medias