Des navires de guerre iraniens sont entrés en Méditerranée

Des navires de guerre iraniens sont entrés ce matin en Méditerranée après avoir franchi le canal de Suez. Cette information a été divulguée par le commandant en chef de la marine iranienne l'amiral Habibollah Sayyari, cité par l'agence officielle Irna.
05 août 2015, 15:42
Un navire de guerre iranien avait déjà fait des essais de missiles en Janvier 2012.

Il n'a pas donné de détails sur le nombre et la nature des bâtiments participant à une opération, la seconde en un an, destinée  à «montrer la puissance de la République islamique d'Iran».

La première opération de navires de guerre iraniens en Méditerranée depuis la révolution islamique de 1979 avait provoqué en février 2011de vives réactions d'Israël et des Etats-Unis.

Les navires ayant traversé aujourd'hui le canal de Suez pourraient être le destroyer Shahid Qandi et le bâtiment de soutien et de ravitaillement Kharg, dont la presse iranienne a annoncé début  février une escale de plusieurs jours dans le port saoudien de Jeddah.

«Un message de paix»

L'amiral Sayyari n'a pas donné de précisions sur la destination ou la mission de ces bâtiments, se bornant à indiquer qu'ils portaient «un message de paix et d'amitié» aux pays de la région mais «montrent également la puissance de la République islamique d'Iran».

Lors de la première mission en Méditerranée de la marine  iranienne, les deux navires de la flottille - le Kharg et la frégate Alvand - s'étaient rendus en Syrie pour une escale au port de Lattaquié avant de regagner la mer Rouge et l'Iran.

Cette première mission avait suscité de vives réactions de la  part d'Israël qui l'avait qualifiée de «provocation» et avait mis sa  marine en état d'alerte, tandis que Washington avait lancé un  avertissement aux navires iraniens en leur demandant de «se  conformer aux lois internationales et n'entreprendre aucune action  qui pourrait compromettre la sécurité».

La nouvelle mission iranienne en Méditerranée intervient alors  que les tensions entre Israël et l'Iran sont au plus haut,  alimentées par la crise autour du programme nucléaire iranien et les  récents attentats anti-israéliens en Inde et en Thaïlande attribués  par l'Etat hébreu à Téhéran.