Haute-Savoie: deux saisonniers morts dans un fourgon à La Clusaz

Deux personnes, âgées de 20 et 17 ans, ont péri dans l'incendie d'une fourgonnette en Haute-Savoie. Ils étaient saisonniers et travaillaient dans la station dans le domaine des remontées mécaniques. Leurs collègues s'indignent.

04 janv. 2013, 19:45
Les deux personnes sont mortes dans l'incendie de leur fourgon.

Ils dormaient dans leur fourgon lorsque celui-ci s'est embrasé. Parqués sur le site réservé aux saisonniers, ils sont nombreux à se chauffer tant bien que mal dans leur véhicule. Pour une raison encore inconnue, celui-ci a pris feu et les deux occupants sont décédés révèle le site de France 3.

L'une des deux victimes était un jeune homme de 20 ans originaire de Groisy en Haute-Savoie. Il travaillait pour la deuxième année consécutive pour les remontées mécaniques. Il était en arrêt maladie et devait reprendre son travail ce vendredi. C'est une amie âgée de 17 ans et originaire d'Annemasse qui a péri avec lui. Cette étudiante avait rejoint son copain à l'occasion des vacances de fin d'année.

Un chauffage d'appoint peut-être responsable

Le véhicule était garé sur le parking des Riffroids dont une partie est réservée aux saisonniers qui s'installent ici avec des camionnettes ou estafettes. Une douzaine de véhicules se trouvaient sur ce parking au moment des faits. La plupart de ces saisonniers ont des chiens d'où la difficulté de trouver un logement en dur. Les autres ont fait ce choix pour mettre de l'argent de côté pendant la saison et puis il y en a quelques uns qui n'ont pas trouvé à se loger.

Depuis quelques jours, ces saisonniers réclamaient l'électricité. Ils voulaient se chauffer correctement. Le terrain retenu par la municipalité pour les 'parquer' étant situé en zone forestière, sans soleil, les travailleurs avaient un peu de mal à faire monter la température avec seulement quelques petits chauffages au pétrole. Pour l'un des 'voisins' de la fourgonnette détruite par l'incendie, "c'est sûrement ce mode de chauffage qui est à l'origine du drame".