Syrie: l'aéroport d'Alep fermé après des attaques

L'année 2013 a débuté dans la violence en Syrie avec une série de raids aériens de l'armée contre les bastions rebelles à la périphérie de Damas et la fermeture de l'aéroport d'Alep après la multiplication des attaques rebelles.

01 janv. 2013, 17:00
Bombardements et violents combats ont également secoué les régions de Homs (centre), Deir Ezzor (est), et Deraa (sud).

C'est la première fois que l'aéroport d'Alep (nord), la deuxième ville du pays est fermé depuis le début du conflit. L'aéroport de Damas a connu des perturbations en raison des violents combats qui avaient gagné fin novembre les abords de la route y menant mais est resté ouvert.

"Cette fermeture est une mesure provisoire qui a été prise après que des combattants de l'opposition armée ont tenté à plusieurs reprises de viser des avions civils, ce qui pourrait provoquer une catastrophe humanitaire", a affirmé une source à l'aéroport sous le couvert de l'anonymat.
 
Selon elle l'aéroport sera fermé "pour une très courte durée, le temps de reprendre le contrôle des zones entourant l'aéroport où sont déployés les opposants armés afin de garantir la sécurité des avions". Les autorités aéroportuaires ont confirmé cette fermeture, mais assuré qu'elle était due à des travaux de maintenance.
 
Site stratégique
 
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait affirmé que le trafic aérien à Alep avait été interrompu dimanche au lendemain d'une forte explosion, probablement provoquée par un bombardement rebelle, qui avait provoqué l'incendie d'un avion civil.
 
L'aéroport d'Alep est stratégique pour les rebelles car les troupes du régime l'utilisent pour envoyer des renforts dans cette ville en proie à une guérilla urbaine. Les rebelles sont parvenus à prendre plusieurs portions de la route stratégique Damas-Alep.
 
Ailleurs dans le pays, aux premières heures de la nouvelle année, les chasseurs-bombardiers sont entrés en action contre des poches de résistance rebelles à la périphérie de Damas, où six civils ont été tués, selon l'OSDH.
 
A Damas, des roquettes se sont abattues sur le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk (sud) faisant un mort, a poursuivi l'OSDH, sans préciser l'origine des tirs.
 
L'aviation a aussi bombardé Idleb (nord-ouest), et l'artillerie du régime a pilonné les provinces de Hama (centre) et de Lattaquié sur la côte ouest, a ajouté l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins.
 
Bombardements et violents combats secouaient aussi les régions de Homs (centre), Deir Ezzor (est), et Deraa (sud), a-t-elle détaillé en faisant état d'un premier bilan provisoire de 28 morts à travers le pays.