Armstrong: l'UCI ne se prononce pas

L'Union Cycliste Internationale a déclaré qu'elle ne se prononcerait pas sur les éventuels aveux d'Armstrong avant d'avoir pu visionner l'interview avec Oprah Winfrey.

15 janv. 2013, 14:10
L'Américain Lance Armstrong, vainqueur de sept Tours de France de 1999 à 2005, fait l'objet d'un rapport de plus de 1000 pages qui conclut à un usage massif de dopage.

 L'UCI a dit mardi attendre d'avoir entendu l'entretien accordé par Lance Armstrong à l'animatrice américaine Oprah Winfrey avant de livrer tout commentaire. Dans un communiqué, elle dit "prendre acte des spéculations de la part des médias à propos de l'interview ainsi que des affirmations selon lesquelles il est passé aux aveux et a admis s'être dopé pendant sa carrière cycliste".

"Si ces affirmations se révélaient exactes, nous encouragerions fortement Lance Armstrong à témoigner devant la Commission indépendante établie pour enquêter sur les allégations portées à l'encontre de l'UCI dans le cadre de la récente décision motivée de l'Usada (réd: Agence antidopage américaine) sur Lance Armstrong et l'équipe United States Postal Service (USPS)", ajoute la Fédération internationale.

Sérieusement égratignée par le rapport sur le cas Armstrong de l'Usada qui l'accuse d'avoir protégé l'ex-roi du Tour de France, la direction de l'UCI a demandé à une commission externe indépendante de faire une enquête pour tenter de calmer les appels à la démission visant son président actuel, Pat McQuaid, et son prédécesseur, Hein Verbruggen, toujours président d'honneur. Composée d'un ancien juge de cour d'appel en Grande-Bretagne, Sir Philip Otton, de la multiple championne paralympique d'athlétisme britannique, la baronne Tanni Grey-Thomso,n et de l'avocat australien Malcolm Holmes, cette commission tiendra des audiences entre le 9 et le 26 avril et devra remettre son rapport à l'UCI au plus tard le 1er juin.