Tour du Pays de Vaud: Andreas Leknessund reste en jaune à Saint-Cergue

La deuxième étape du Tour du Pays de Vaud, disputée samedi sous la forme de deux demi-étapes avec une double arrivée à Saint-Cergue, a vu briller les couleurs belges et russes.  Mais c’est toujours le drapeau norvégien qui flotte tout en haut du classement général.
27 mai 2017, 23:12
Leader au départ samedi matin à Ballens, le Norvégien Andreas Leknessund portera toujours la tunique jaune dimanche matin pour la dernière étape.

Lancé le matin de Ballens, le premier parcours - 65,7 km pour 1400m de dénivelé -  a été avalé à un train d’enfer : presque 39 km/h de moyenne ! Après une échappée infructueuse lancée durant les premiers kilomètres, un groupe d’une vingtaine de coureurs s’est détaché durant les 10km de montée vers l’arrivée et c’est au sprint que Thibaut Ponsaerts s’est adjugé la victoire. Le Belge s’est permis de devancer de quelques mètres le leader de l’épreuve, le Norvégien Andreas Leknessund. 

Un scénario similaire s’est déroulé l’après-midi au cours de la seconde demi-étape, une course de côte de 22km lancée de la place du Château à Nyon. Cette seconde montée du jour vers Saint-Cergue a vu, au train, une trentaine de coureurs se détacher dans les lacets de la route Blanche. Après que le Suisse Alexandre Balmer ait tenté sa chance à 500 m de la ligne, en vain, c’est finalement le Russe Dmitry Moukhomediarov, déjà vainqueur du prologue jeudi à Montricher, qui s’est imposé au sprint devant le Belge Mauri Vansevenant et… Alexandre Balmer, qui a tout de même vu ses efforts récompensés par une place sur le podium.

Le Neuchâtelois de 17 ans a ainsi confirmé l’excellent état de forme affiché depuis le début de ce Tour, lui qui occupe désormais la 7e place du classement général. « Cela montait assez par à-coups. L’équipe de Norvège était très forte à l’avant. J’ai essayé d’anticiper le sprint mais je me suis malheureusement fait dépasser à deux cents mètres de l’arrivée.»

La cadence norvégienne

Les deux ascensions effectuées samedi vers la station du Jura ont été sources de difficulté pour nombre de coureurs en raison des efforts de la veille et surtout du rythme imposé par les équipiers du maillot jaune, qui ont contenu toutes les velléités offensives contre la position de leur leader Andreas Leknessund, impressionnant de maîtrise de la course et de son sujet en général. Le talentueux et très prometteur coureur de 18 ans a confirmé son potentiel en résistant aux grimpeurs et en sortant intact de ces deux rendez-vous qui lui permettent de prendre une option sérieuse sur la victoire finale de cette 49ème édition.

C’est en effet avec une avance confortable d’1’37 sur le Français Théo Nonnez que Leknessund abordera dimanche matin la troisième et dernière étape qui reliera Gollion à Vuillerens.

par Arnaud David,Pierre Diserens