La mondialisation aiguillonne la politique suisse

Marquées par des polémiques, les relations Suisse-UE ont été intenses et globalement bonnes l'an passé. La Suisse devrait toutefois repenser sa politique en raison de la mondialisation.
07 août 2015, 10:52
00768797

Au sujet des liens avec l'Union Européenne (UE), le rapport de politique exérieure souligne que les relations de la Suisse avec l'Italie et la France ont connu "d'importantes améliorations" l'an passé. Parmi les points positifs, il cite l'accord sur l'imposition à la source conclu avec l'Autriche ou celui signé avec l'Allemagne concernant l'aéroport de Zurich-Kloten.

L'intensité des visites diplomatiques effectuées l'an passé reflète d'ailleurs l'importance que la Suisse accorde à sa politique européenne de voisinage.
 
Le document n'élude toutefois pas les controverses liées au dossier fiscal ou à la clause de sauvegarde dans le cadre de la libre circulation des personnes. Les négociations en cours, dans les domaines de la santé publique ou de l'électricité par exemple, démontrent qu'il reste possible d'approfondir la collaboration avec des Etats européens.
 
Dans le contexte de la mondialisation, le rapport constate un déplacement des rapports de pouvoir traditionnels. Des régions telles que l'Asie de l'Est, l'Amérique latine et les Etats du Golfe gagnent clairement en importance géopolitique.
 
Dès lors, la Suisse doit développer et consolider ses partenariats stratégiques en Europe et au-delà. Le rapport plaide pour que la Suisse repense sa politique, approfondisse ses relations avec des partenaires stratégiques et renforce son engagement multilatéral.