Lonza: désaccord sur le nombre de licenciements

Selon le syndicat Unia, Lonza devrait licencier une douzaine de personnes sur son site de Viège. Mais l'entreprise dément cette information.

21 janv. 2013, 19:01
Ambiances sur le site de l'usine du groupe chimique Lonza ce mardi 6 novembre 2012 a Viege. (KEYSTONE/Denis Emery)

Lonza et les syndicats ne sont pas d'accord sur le nombre final de licenciements prévus sur le site du spécialiste bâlois des composants pour la chimie et la pharmacie à Viège (VS). Unia a annoncé lundi que seule une douzaine de personnes sera touchée, ce que Lonza dément.

Lonza a répondu lundi soir par communiqué qu'il ne pouvait malheureusement pas confirmer l'information d'Unia. Selon le syndicat, il n'y aurait qu'une douzaine de personnes sous contrat collectif de travail licenciées sur le site de Viège (VS). De son côté, le syndicat Syna a suivi en affirmant que la "plupart des licenciements" seront évités.

"Nous regrettons la communication trompeuse du syndicat Unia car aucune solution interne n'a encore été trouvée pour de nombreux collaborateurs concernés", a précisé le groupe bâlois. Un nombre définitif de licenciements sera déterminé quand la procédure de placements internes sera terminée.

Lonza a répété que la baisse des coûts de production en Suisse est nécessaire. La rentabilité du site de Viège s'est détériorée ces dernières années en raison de l'évolution des cours de change, de la concurrence asiatique et de la hausse des prix de l'énergie et des matières premières. Avec les mesures de réduction de postes, l'avenir du site est assuré, a ajouté le groupe.

Chiffres revus à la baisse

La semaine dernière, Lonza avait indiqué qu'il allait licencier moins qu'initialement prévu à Viège. Le 31 octobre, le groupe avait annoncé la suppression de 400 emplois à Viège et d'une centaine d'autres ailleurs dans le groupe, dont environ un tiers (environ 130) par licenciement.

Avec de la bonne volonté, leur nombre pourrait atteindre zéro d'ici à mars, quand la période d'interdiction de licenciements aura pris fin, a estimé Unia lundi.

Dans leur communiqué respectif, Unia et Syna se sont félicités d'avoir pu conclure en novembre un plan social avantageux, prévoyant notamment des retraites anticipées au lieu des licenciements. Fin décembre, les syndicats ont également soumis des propositions alternatives d'où il ressortait que les licenciements étaient superflus et que Lonza avait des perspectives à long terme en Valais.

Projets en vue

Selon Unia, il faut à présent approfondir et mettre en oeuvre un de ces projets à long terme, soit la construction d'une centrale à cycle combiné à gaz. "A cet effet, le canton du Valais, doit au plus vite créer sous la direction de Jean-Michel Cina, chef du Département de l'économie, la task force promise à plusieurs reprises".

Le 8 janvier, Lonza avait annoncé vouloir accroître ses capacités de production à Viège afin de répondre à la demande dans le domaine des anticorps destinés aux traitements de cancers. Le groupe va à cet effet y investir quelque 14 millions de francs. D'ici à fin 2015, Lonza prévoit de créer une cinquantaine d'emplois pour des spécialistes.