Streaming: la Confédération veut que Netflix investisse dans les films et séries suisses

Alors que l'Union européenne a demandé à ce que les plateformes diffusent au moins 30% de films et de séries en provenance d'Europe, la Suisse veut qu'elles investissent dans les productions helvétiques. Le but: faire face à la concurrence venue d'outre-Atlantique.

01 févr. 2019, 09:41
La Confédération souhaite que les plateformes comme Netflix investissent dans les productions suisses. (illustration)

Soutenir la production cinématographique locale et faire face à la concurrence américaine: c’est le souhait de la Confédération, qui souhaite que les plateformes de streaming comme Netflix ou Aamazon investissent dans les films et les séries suisses.

Selon la SRF, l’Office fédéral de la culture (OFC) demande que les fournisseurs de streaming participent au financement des productions helvétiques à hauteur de 4% de leurs revenus générés dans notre pays. Il souhaite aussi que leurs catalogues contiennent au moins 30% de contenus d’origine européenne et suisse, prenant ainsi exemple sur l’UE qui a formulé cette exigence en octobre dernier.

Cinésuisse approuve le projet

L’obligation d’investir dans la production suisse existe déjà pour les chaînes de télévision nationales. «C’est une question d’égalité de traitement» explique Ivo Kummer, chef de la section cinéma de l’OFC. 

L’industrie cinématrographique suisse se félicite du projet: « Il est clair que de plus en plus de téléspectateurs regardent la télévision via internet» réagit le président de l'association faîtière du cinéma et de l'audiovisuel Cinésuisse Matthias Aebischer. "C'est pourquoi il est important que les fournisseurs en ligne paient aussi la taxe sur les films.» Selon la SRF, Netflix n’a pas fait de commentaire à ce sujet. Le Parlement aura le dernier mot.