Affaire des diamants: la défense du principal accusé plaide pour une peine avec sursis

L'avocat du principal accusé dans l'affaire de recel de diamants a plaidé mercredi pour une peine avec sursis devant le Tribunal correctionnel de Genève. Le Ministère public avait requis 3 ans et demi de prison.

25 nov. 2015, 07:23
/ Màj. le 25 nov. 2015 à 18:35
Le procureur a estimé que l'accusé était parfaitement conscient de la provenance des diamants.

Shahram Dini, l'avocat de l'agent immobilier poursuivi pour recel de diamants volés à Bruxelles en 2013, a demandé mercredi au Tribunal correctionnel de Genève une peine avec sursis pour son client. Le Ministère public avait requis trois ans et demi de prison.

"A Genève, il n'y a pas de gangsters, pas de violence, pas d'armes, nous ne sommes pas à Bruxelles", a souligné M. Dini. "Mon client n'a jamais décidé du jour au lendemain qu'il allait devenir un hors-la-loi", a ajouté l'avocat. Selon lui, il a caché une partie des diamants volés dans une cave uniquement "pour rendre service".

Ce service, il l'a rendu à un ancien truand français, qu'il avait rencontré au Maroc, et qui est par la suite devenu un ami proche. L'homme au physique impressionnant, mesurant deux bons mètres, traîne un passé judiciaire lourd, ce qui ne l'empêche d'apparaître comme "jovial, chaleureux et aimable", a relevé l'avocat.

Avocat exemplaire

Les trois autres accusés, un régisseur et un autre agent immobilier poursuivis pour avoir acheté un diamant, ainsi qu'un avocat de la place, ont pour leur part tous plaidé l'acquittement. François Canonica, qui s'occupe des intérêts de l'avocat genevois accusé de tentative d'entrave à l'action pénale, a rappelé la déontologie et l'éthique dont a fait preuve son client tout au long de ses trente ans de métier.