Réservé aux abonnés

Judo: Priscilla Morand retrouve le sourire après les blessures

Perturbée depuis plusieurs mois par les pépins physiques, Priscilla Morand a pu enfin disputer une compétition sans ressentir de douleur, ce week-end, à Sarajevo. De bon augure en vue des Championnats d’Afrique, qui se dérouleront fin mai en Algérie.
10 mai 2022, 11:49
Les blessures qui ont perturbé Priscilla Morand au cours des derniers mois sont désormais derrière elle.

De retour de Sarajevo, où elle a disputé une manche de Coupe d’Europe le week-end dernier, Priscilla Morand a retrouvé le sourire. Non pas en raison du résultat obtenu en Bosnie-Herzégovine – elle a été battue dès le 1er tour par la Hongroise Fatime Beringer et n’a pas été repêchée -, mais tout simplement parce qu’elle a enfin pu combattre à nouveau sans ressentir de douleur.

A lire aussi: Priscilla Morand poursuit son aventure sur les tatamis

«Sportivement parlant, je suis un peu frustrée, car je pense que je pouvais viser une médaille sur ce tournoi de reprise. Mais ce que je ressens surtout, c’est du soulagement», confie-t-elle.

Il faut dire que depuis l’été dernier, la Morgienne a enchaîné les blessures, lesquelles ne lui ont octroyé que de rares périodes de répit. Ce fut tout d’abord la cheville gauche, puis, en janvier 2022, le pied et la cheville droits. Juste avant que le Covid ne vienne, à son tour, mettre son grain de sel…

Des injections de plasma salvatrices

«Durant des mois, je n’ai pas pu faire plus de trois semaines d’entraînement consécutives… La blessure de janvier dernier, j’ai tout d’abord pensé que c’était une entorse. En février, je suis quand même allée disputer le Tournoi de Paris – un rendez-vous incontournable – puis la Coupe du monde de Sarajevo. Mais comme j’avais de plus en plus mal et en revenant, je suis quand même allée chez le médecin. Bilan: un arrachement osseux, ce qui signifiait normalement six semaines d’arrêt, botte en résine et béquilles. Et donc l’obligation de faire une croix sur ma saison…»

Je risque de manquer un peu de compétition. Le judo, c’est bon, le physique c’est bon, mais il faut maintenant que je retrouve certains réflexes 
Priscilla Morand, judoka

Priscilla Morand a décidé d’opter pour une solution alternative: une semelle rigide dans la chaussure, qui lui laissait la possibilité d’effectuer des entraînements musculaires et cardios. Après cinq semaines, si le ligament allait mieux, la douleur, elle, était toujours présente…

«J’ai essayé la cortisone, c’était encore pire, raconte l’intéressée. Finalement, il y a trois semaines, j’ai fait des injections de PRP (ndlr: du plasma riche en plaquettes, issues du sang du patient et introduites dans l’articulation douloureuse). Depuis, ça va beaucoup mieux et je peux à nouveau m’entraîner à fond. C’est vraiment bon pour le moral!»

A Oran pour décrocher le titre

Libéré de ce fardeau, la judoka lémanique va désormais pouvoir se consacrer à 100% à la préparation des Championnats d’Afrique, son grand objectif 2022, qui se dérouleront du 26 au 29 mai à Oran. Autant dire demain. «Je risque de manquer un peu de compétition. Le judo, c’est bon, le physique c’est bon, mais il faut maintenant que je retrouve certains réflexes», explique la représentante de l’Île Maurice, qui enchaînera deux compétitions à Marseille et Sierre avant de s’envoler pour l’Algérie.

«Aux «Afrique», ça va être chaud. Toutes les filles seront là et le niveau sera élevé. Ce qui risque de me manquer, c’est l’habitude d’enchaîner les combats, expose Priscilla Morand. Mais je reste très positive et j’y vais avec l’ambition première de décrocher le titre. Même si, vu ce qui s’est passé ces derniers mois, je serais déjà contente d’avoir une médaille.»