Callum Cant, l'assurance décontractée

Meilleur skieur du pays dans sa catégorie, Callum Cant a d’ores et déjà démontré qu’il pouvait viser plus haut.

09 déc. 2015, 15:58
Callum Cant, jeune skieur prometteur.

Le regard franc, la poignée de main ferme et le sourire chaleureux, Callum Cant dégage une assurance décontractée peu commune pour un garçon de son âge. A bientôt 15 ans – il les fêtera le 8 janvier –, le jeune sportif de Céligny fait partie des éléments les plus prometteurs du ski alpin helvétique. Sans rival dans sa classe d’âge au niveau national, il a fait une démonstration de son potentiel en remportant en avril, à Val d’Isère, les épreuves de La Scara, véritable championnat du monde des jeunes. De bon augure pour celui qui rêve de Coupe du monde et de podium olympique.

Né à Genève, Callum a passé toute son enfance à la montagne. «J’avais un an lorsque mes parents ont déménagé à Leysin» raconte l’adolescent, dont la famille a passé dix ans dans les Alpes vaudoises avant de reposer ses valises au bord du Léman. «Mon mari, professeur de sport à l’Ecole internationale de Genève avait pris une année sabbatique, explique Sylvia, la maman de Callum. Mais il fallait quand même vivre. Il a accepté de travailler là-haut au sein d’une école de sport management.»

Bien que le cadre s’y prête à merveille, le ski, même s’il le pratique depuis l’âge de 2 ans – et qu’il dispute sa première course deux ans plus tard –, n’est pas le premier sport de cœur de Callum, qui lui préfère alors la petite balle jaune... «Mais le professeur de tennis, un Californien, détestait l’hiver et il partait durant toute la saison. Comme je voulais que les enfants s’occupent durant les vacances de Noël, je les ai inscrits au ski-club. Callum avait 8 ans» se souvient Sylvia Cant.

La suite du portrait de Callum Cant est à retrouver dans nos éditions papier et numéique de jeudi.