Le Nyon-St-Cergue célèbre un siècle de liaison entre La Côte et le Haut-Jura

Mis en service en 1916, le NStCM a connu bien des péripéties avant de devenir un chemin de fer moderne. Coup d'oeil dans le rétro.
05 juil. 2016, 15:39
/ Màj. le 07 juil. 2016 à 06:30
Le Nyon-St-Cergue et son automotrice n°10  en 1985 sur le viaduc de l'Asse.

Avec ses rames flambant neuves, sa cadence au quart d’heure entre Nyon et Genolier, et ses 1,2 million de voyageurs en 2015, le Nyon-St-Cergue est plus que jamais devenu un train performant. A quelques jours des festivités qui se dérouleront à Saint-Cergue (détails dans nos éditions de demain), un coup d’œil dans le rétro s’impose.

Si plus personne ne remet en cause l’utilité du petit train rouge, il n’en fut pas toujours ainsi. Notamment dans les années 80 où il faillit disparaître: le matériel roulant accusait alors soixante-cinq ans d’existence et un état de vétusteté avancé. Monsieur Tout-le-Monde possédait sa voiture et de nombreuses études étayaient la suppression de la ligne. C’était sans compter avec le Conseil fédéral qui débloqua un crédit de 27 millions en 1982, permettant au train moribond de petit à petit entrer dans la modernité ferroviaire.

D'une guerre à l'autre

Dès le départ, rien ne fut facile. Les travaux de construction de la ligne durèrent près de quatre ans, avec la création de deux tunnels (Arzier et Saint-Cergue) et trois ponts, dont celui de Givrins, qui fête aussi cent ans cette année. «L’entreprise en charge du viaduc en 1916 était dans le rouge, explique Michel Berlie,  membre du comité de l’association Nyon-St.Cergue rétro. Pour faire de l’argent, les ouvriers détruisaient la nuit ce qu’ils faisaient le jour.»

Durant la Seconde guerre mondiale, le train essuie des tirs de maquisards sur sa portion française. «En 1943, la résistance française l’a même fait dérailler, parce que des soldats allemands étaient à l’intérieur», raconte Michel Berlie.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions payantes du jour.

En gare de Trélex.
En gare de Trélex. ©Luca Delachaux
Repro NStCM La Cure Hiver NB 7775-Modifier
©Luca Delachaux
1105 droite
©Archives NStCM
1104 droite
©Archives NStCM
Plaque de verre NStCM 1
©Archives NStCM
Plaque de verre NStCM 3
©Archives NStCM
Repro NStCM D+®p+¦t 1230 7884-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM7764-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Arzier Tunel 70.8 7767-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Genolier 1150 7866-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Les Plantaz 1228 7894-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Le Muids 152.5 7857-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Place Gare Nyon 1136 7898-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Morez 71.11 7771-Modifier-2
©Luca Delachaux
Repro NStCM St Cergue 152.9 7829-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Solliez 1218 7804-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Bassins 1242 7847-Modifier
©Luca Delachaux
1264 RK C-74-5
©Archives NStCM
Repro NStCM Genolier 1274 7864-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Bassins 1208 7845-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM La Joy Clinique 104 7862-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM L'Asse 4 7878-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Pont de Givins 1222 7870-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Le Muids 1259 7860-Modifier
©Luca Delachaux
Repro NStCM Trelex 1270 7876-Modifier
©Luca Delachaux
Jeudi 5 novembre 2015, inauguration des nouvelles rames de train Stadler du Nyon-St-Cergue.
Jeudi 5 novembre 2015, inauguration des nouvelles rames de train Stadler du Nyon-St-Cergue. ©Cédric SANDOZ
par Maxime Maillard