La compagnie aérienne Easyjet fait payer les retardataires à l'aéroport de Londres

Avis aux passagers d'Easyjet, la compagnie aérienne serre la vis à l'aéroport londonien de Gatwick. Tous ceux qui auraient le malheur de passer le contrôle de sécurité avec du retard, se verront obliger de payer un supplément de plus de 100 francs.
07 juin 2016, 11:49
/ Màj. le 07 juin 2016 à 23:50
Les retardataires vont devoir passer à la caisse.

La consigne d'arriver en avance à l'aéroport sera plus que jamais d'actualité cet été. La compagnie low cost Easyjet annonce qu'elle se montrera moins clémente avec les retardataires au départ de Gatwick, à Londres. Ainsi, toute personne passant le contrôle de sécurité moins de 30 minutes avant le départ du vol, risque de devoir s'acquitter d'un supplément de 80 livres, soit 112 francs, pour changer sa réservation.

La compagnie à bas prix a demandé à la direction de l'aéroport de refouler les passagers retardataires. Ceux-ci devront donc retourner au guichet d'enregistrement, afin de changer de vol et payer des frais en sus. Seuls ceux qui auraient souscrit l'option "vol manqué" à 7,50 livres (10,50 francs) lors de la réservation, pourront être replacés sur le prochain vol gratuitement ou se faire rembourser.

Une nouvelle règle qui n'a pas manqué de faire réagir sur Twitter, à l'instar de Nick Ferrari. "Easyjet veut nous faire payer 80 livres si nous sommes en retard. Ok, du moment qu'on peut en faire de même lorsque leurs avions décollent avec 30 minutes de retard."

 

Selon The Independent, la compagnie justifie cette mesure par le besoin de mieux gérer l'important flux de passagers attendu durant la période estivale et éviter au maximum les retards au décollage. En effet, plus un avion passe de temps au sol, plus il coûte de l'argent. Pour autant, une porte-parole de la compagnie assure que celle-ci saura se montrer tolérante. Il n'en demeure pas moins que la nouvelle consigne est quelque peu en contradiction avec l'ordre de se présenter à la porte d'embarquement avec une demi-heure d'avance au minimum.

par Daniel Gonzalez