Résultat semestriel de Novartis en baisse mais toujours solide

Novartis a publié jeudi des résultats en baisse au titre du premier semestre 2012, tant pour la rentabilité que pour les ventes.
06 août 2015, 10:26
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Novartis dans le collimateur des autorités sanitaires américaines.

Les chiffres publiés par le groupe pharmaceutique Novartis affichent une légère au titre du premier semestre 2012, tant pour la rentabilité que pour les ventes. Le groupe bâlois inscrit un bénéfice net de 5,1 milliards de dollars, en recul de 9% sur un an.

Le résultat opérationnel a diminué de 11% par rapport aux six premiers mois de l'an passé, à 6 milliards de dollars. Quant au chiffre d'affaires, il a reflué de 3% à 28 milliards de dollars (27,4 milliards de francs).
 
Les effets monétaires ont pesé: le dollar s'est raffermi face à la plupart des autres devises au deuxième trimestre, note Novartis. A taux de change constants, le résultat net semestriel n'a baissé que de 5%, l'opérationnel de 7%, et les ventes sont restées stables.
 
Espoir sur les nouveaux produits
 
Les fortes ventes des produits lancés récemment ont compensé l'effet de l'expiration du brevet de l'anti-hypertenseur Diovan. Les produits lancés depuis 2007 - parmi lesquels Lucentis, Gilenya, Tasigna et Galvus - affichent une croissance de 12%. Ils représentent 28% du chiffre d'affaires, contre 24% un an plus tôt.
 
La division Pharmaceuticals a vu ses ventes stagner à 16,1 milliards de dollars. La croissance en volume a été en partie annihilée par l'impact de l'arrivée de génériques sur le marché. Alcon a pour sa part accru ses ventes de 3% à 5,2 milliards, portée par les secteurs Chirurgie et Médicaments ophtalmiques.
 
Sandoz (génériques) a en revanche subi une diminution de 12% à 4,3 milliards de dollars. Elle a observé des reculs aux Etats-Unis et en Allemagne, en partie compensés par une croissance à deux chiffres dans le reste de l'Europe occidentale et en Asie.
 
Consumer Health (médicaments sans ordonnance) accuse une chute de 22% à 1,8 milliard de dollars, plombée par les graves problèmes de qualité de son site américain de Lincoln au Nebraska. Vaccins et Diagnostic enregistre une baisse de 3% à 648 millions.
 
Prévisions maintenues
 
Le groupe rhénan maintient ses perspectives pour l'ensemble de l'exercice. Le chiffre d'affaires devrait
correspondre à celui de l'année passée (58,6 milliards de dollars).
 
Mais si les taux de change enregistrés en juin devaient perdurer, Novartis s'attend à un effet négatif de 4% sur les ventes annuelles et de 3 à 4% sur le résultat opérationnel - soit un impact un peu plus fort que ce que l'entreprise prévoyait en début d'année.
 
Au-delà, "nous sommes bien positionnés pour rester à la tête de la branche dans cinq ans", a dit le patron de Novartis, Joseph Jimenez, en conférence téléphonique. Et après l'annonce du rachat de la société américaine Fougera, le groupe est toujours intéressé par des acquisitions de complément pour ses cinq domaines.
 
Ombres
 
Les analystes ont plutôt bien commenté ces performances, les jugeant "saines", "solides" voire "bonnes". Le bénéfice est en ligne avec les attentes. Côté ventes, celles du groupe n'ont pas totalement satisfait, mais la division pharma oui. L'impact futur de la force du dollar laisse toutefois planer une ombre.
 
De plus, les progrès obtenus dans la résolution des problèmes de qualité aux Etats-Unis sont mitigés. La production y avait été suspendue en décembre. Une production limitée y a repris, mais les premières livraisons ne viendront pas avant le quatrième trimestre.
 
L'action Novartis a progressé à la Bourse suisse, quoique sans exploser. En matinée, le titre a évolué en hausse de quelque 0,6% dans un marché d'ensemble du même acabit, avant de monter en puissance pour clôturer à +1,73% dans un marché à +0,93%.