Secret bancaire: la Suisse échangera des informations à la demande

Eveline Widmer-Schlumpf explique que la Suisse se tiendra à la norme internationale en ce qui concerne l'échange d'informations des banques. Mais celui-ci ne sera pas automatique, il se fera à la demande.
07 août 2015, 11:14
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La Suisse entend se tenir à la norme internationale qui est l'échange d'informations à la demande et non l'échange automatique. Au plan international, plusieurs modèles peuvent coexister, selon Eveline Widmer-Schlumpf.

La Suisse entend se tenir à la norme internationale qui est l'échange d'informations à la demande et non l'échange automatique. Au plan international, plusieurs modèles peuvent coexister, selon Eveline Widmer-Schlumpf dans une interview au "Temps" de samedi.

La ministre suisse des finances ajoute qu'un groupe d'experts placé sous la direction du professeur d'économie Aymo Brunetti est en train de réfléchir à l'évolution future de la stratégie de l'argent propre lancée en décembre dernier et qu'il devrait rendre son rapport cet été. "Je suis persuadée qu'il est important de réfléchir à des variantes", déclare-t-elle.

Mme Widmer-Schlumpf précise qu'elle est convaincue qu'"un standard international sur l'échange automatique d'informations n'est pas prêt de s'imposer tant que les places financières d'Amérique et d'Asie refusent un tel modèle". "On peut par contre imaginer la coexistence de plusieurs standards", ajoute-t-elle.

Mêmes règles pour tous

Dans le cadre de l'OCDE et du G20, qui se tient la semaine prochaine à Washington, la Suisse entend s'engager activement pour que "les règles du jeu soient les mêmes pour tous".

Et d'insister: "les révélations sur les places offshore ont montré que de nombreuses places financières ne respectent pas" certains standards internationaux. Ces derniers doivent non seulement être intégrés dans la législation, "mais aussi appliqués", relève la conseillère fédérale. Pas question, pour elle, que certains pays en soient dispensés.