28 ans après la catastrophe de Tchernobyl, il filme le site avec un drone

Danny Cook est un journaliste anglais indépendant. Lundi, il a publié sur Vimeo une "carte postale" de Tchernobyl. Un film de 3 minutes, tourné avec un drone, sur le site abandonné de la plus grande catastrophe nucléaire de l'histoire.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le 26 avril 1986, la centrale Lénine explose. 28 ans plus tard, la nature reprend ses droits.

"Cartes postales de Pripiat, Tchernobyl". La seule lecture du titre de la vidéo de Danny Cook fait froid dans le dos. Ce reporter anglais indépendant a publié lundi, sur la plateforme Vimeo, un petit clip de trois minutes.

Le titre ne laisse pas de place au doute: le journaliste s'est rendu en Ukraine, pour le compte de la chaîne CBS News qui s'intéressait à cette "catastrophe qui n'en finit pas". Elle en a tiré un documentaire de 60 minutes diffusé dimanche soir. L'objectif: montrer que les radiations ne disparaîtront jamais complètement et que le réacteur enterré de Tchernobyl possède toujours un très haut potentiel meurtrier.

Si vous avez, comme nous, manqué cette émission. Vous pourrez regardé ce petit clip impressionnant, filmé principalement grâce à un drone, qui montre l'étendue désertique autour de la centrale. 

Danny Cook avait tout juste un an en 1986, lorsque le réacteur a explosé. "Ça a eu des effets sur tellement de monde, y compris sur moi et ma famille quand on vivait en Italie. Je ne peux pas imaginer à quel point les centaines de milliers de personnes qui ont été évacuées ici étaient terrifiées."

Avec ses collègues, il est resté près d'une semaine dans la région, recueillant de nombreux témoignages, avant d'aller, compteur Geiger en main, explorer le site lui-même. "Il y avait quelque chose de serein, mais aussi très dérangeant là-bas. Le temps s'est figé et des souvenirs semblaient flotter autour de nous."

 

Le parc d'attractions, les immeubles, rien n'a bougé depuis ce 26 avril 1986. La nature, elle, reprend peu à peu ses droits.