Au moins 110 journalistes ont été tués dans les différents conflits du monde en 9 mois

Les journalistes qui couvrent les divers conflits à travers le monde, paient un lourd tribut. En neuf mois, au moins 110 d'entre eux ont été tués.
06 août 2015, 14:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Au moins 110 journalistes ont péri durant les divers conflits du monde durant les neuf premiers mois de l'année.

Au moins 110 journalistes ont été tués en neuf mois, en hausse de 36% d'une année sur l'autre, a affirmé mardi à Genève la PEC. Selon l'ONG, cette augmentation est due aux conflits en Syrie et en Somalie.

L'ONG affirme que ce bilan dépasse d'ores et déjà celui dressé pour toute l'année 2011. L'an dernier, sur 12 mois, 107 journalistes avaient été tués, selon les mêmes critères, et sur neuf mois 81 journalistes.

En Syrie, au moins 32 journalistes professionnels et non professionnels ont été tués depuis le 1er janvier. Les combattants, aussi bien dans le camp gouvernemental que dans le camp des rebelles, ciblent des journalistes, accuse la PEC. De nombreux autres informateurs ont été blessés, ont disparu ou sont détenus.

Dégradation en Somalie

La Somalie a connu une dégradation dramatique, avec 16 journalistes tués en neuf mois, dont sept au cours du seul mois de septembre, selon la Presse Emblème Campagne (PEC).

Le Mexique arrive en 3e position, avec au moins 10 journalistes assassinés depuis janvier dans un climat d'insécurité chronique. Le Pakistan et le Brésil sont au 4e rang des pays les plus dangereux, avec sept tués dans chacun de ces pays. Au 6e rang, le Honduras a recensé la mort de six journalistes.

Les Philippines suivent avec cinq tués, devant l'Irak (trois) et le Nigéria (trois). La PEC a aussi comptabilisé les trois journalistes dont on a obtenu fin août la confirmation de leur décès en détention en Erythrée.

Impunité

Au 11e rang, avec deux tués dans chaque pays, se trouvent l'Afghanistan, la Bolivie et l'Inde. Un journaliste est mort en outre dans chacun de ces pays: Bahreïn, Bangladesh, Cambodge, Colombie, Equateur, Haïti, Indonésie, Népal, Ouganda, Panama, Tanzanie, Thaïlande.

La plupart de ces assassinats ont lieu en toute impunité. La PEC espère que l'adoption d'une résolution sur la sécurité des journalistes par le Conseil des droits de l'homme la semaine dernière pousse les gouvernements à mener des enquêtes rapides et impartiales de manière à traduire en justice les responsables. Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a été chargé de faire des recommandations pour renforcer la protection des journalistes.