Boko Haram: près de 300 filles et femmes sauvées d'un fief du groupe au Nigeria

Près de 300 filles et femmes ont été tirées des griffes du groupe islamiste Boko Haram. Mais les 200 lycéennes enlevées il y a un an près de Chibok ne semblent dans le groupe. Au moins 2000 femmes et fillettes ont été enlevées au Nigeria depuis le début de l'année dernière, selon Amnesty International.
29 avr. 2015, 07:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
boko_1

L'armée nigériane a annoncé mardi avoir sauvé près de 300 filles et femmes dans un fief du groupe islamiste Boko Haram. Mais les quelque 200 lycéennes enlevées il y a un an dans leur établissement près de Chibok, un village du nord du Nigeria, ne figurent pas parmi elles, selon le colonel Sani Usman, porte-parole de l'armée.

"Cet après-midi, nos troupes ont sauvé 200 filles et 93 femmes dans la forêt de Sambisa. Nous ne pouvons confirmer si les filles de Chibok sont dans ce groupe", avait auparavant indiqué l'armée, qui dit avoir détruit trois camps gérés par les islamistes.

La secte islamiste avait enlevé 276 lycéennes près du village de Chibok, un village du nord du Nigeria, le avril 2014, suscitant une vague d'émotion dans le monde.

Cinquante-sept adolescentes avaient réussi à s'enfuir dans les heures qui ont suivi le kidnapping. Mais on n'a aucun signe de vie des 219 otages, depuis la vidéo diffusée en mai 2014 par Boko Haram, montrant une centaine de lycéennes voilées, récitant des sourates du Coran.

Le kidnapping des adolescentes de Chibok avait suscité une émotion sans précédent à travers le monde. Mais s'il a été très médiatisé, c'est loin d'être le seul crime de ce type commis par le groupe islamiste Boko Haram, a rappellé récemment Amnesty International. Selon l'organisation, au moins 2000 femmes et fillettes ont été enlevées au Nigeria depuis le début de l'année dernière.

Les filles et les femmes sauvées seront examinées mercredi pour déterminer si elles ont été enlevées ou mariées avec des hommes de Boko Haram, a-t-on appris auprès des services de renseignements. Certaines des filles sont blessées et certains membres de Boko Haram ont été tués, a-t-on ajouté sans autre précision.