"Casse-toi riche con!": le procès de "Libération" débute en 2013

Le tribunal correctionnel de Paris a fixé au 4 octobre 2013 le procès du quotidien "Libération", poursuivi par le patron du groupe de luxe LVMH Bernard Arnault pour sa Une choc "Casse-toi riche con!". Le média visait sa demande de naturalisation en Belgique.
06 août 2015, 14:45
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
richecon

Bernard Arnault, patron du groupe français LVMH, a attaqué le quotidien pour injure publique, dénonçant "l'extrême vulgarité et la violence du titre du journal en date du 10 septembre 2012", selon un communiqué de ses services.

La première page de "Libération" montrait une photo du milliardaire, souriant, valise à la main, accompagnée du titre "Casse-toi riche con!". Ce titre fait référence au "Casse-toi pauvre con!", lancé par l'ancien président français Nicolas Sarkozy en 2008 à une personne qui refusait de lui serrer la main au salon de l'agriculture.
 
Bernard Arnault, homme le plus riche de France, avait précisé pendant le weekend suivant "qu'il était et qu'il restait résident fiscal français".
 
Le lendemain, "Libération" avait répondu à Bernard Arnault en détournant en Une une phrase attribuée à Nicolas Sarkozy, "Bernard, si tu reviens, on annule tout!".
 
Ce titre reprenait les termes d'un SMS, par la suite démenti, que M. Sarkozy aurait envoyé à Cécilia, son ex-épouse, juste avant d'épouser Carla Bruni - "si tu reviens, j'annule tout".