Etats-Unis: le costume Squid Game banni pour Halloween dans des écoles new-yorkaises

La série Squid Game n'a pas fini de faire parler d'elle. Des écoles new-yorkaises ont interdit à leurs élèves de se déguiser comme les protagonistes de la fiction à succès de Netflix, arguant l'extrême violence de celle-ci.
28 oct. 2021, 21:47
/ Màj. le 28 oct. 2021 à 21:48
Dans la série, tous les joueurs portent des survêtements verts qui leur donnent des allures de prisonniers, tandis que leurs gardiens et bourreaux sont vêtus d'une combinaison fuchsia et portent des masques noirs.

Les déguisements inspirés de la série sud-coréenne Squid Game ont la cote pour Halloween, mais des écoles dans l'Etat de New York ont décidé de les interdire. Ils ont jugé la fiction à succès de Netflix trop violente pour les enfants.

Aux Etats-Unis, pour marquer la tradition d'Halloween, les enfants sont autorisés à se rendre déguisés en classe pour le dernier jour d'école avant la célébration, qui tombe cette année un dimanche.



Mais dans le district scolaire de Fayetteville-Manlius, situé dans le nord de l'Etat de New York et dont dépendent six écoles, dont trois élémentaires, les costumes inspirés de la série Squid Game n'auront pas droit de cité vendredi "en raison des messages violents qu'ils peuvent inspirer", a indiqué son surintendant, Craig Tice, dans une déclaration transmise aux médias, dont l'AFP.

La série, devenue un phénomène mondial, met en scène des personnages issus de franges marginalisées de Corée du Sud qui participent à des jeux traditionnels d'enfants, comme "1-2-3 soleil", pour remporter une énorme somme d'argent. Mais les perdants sont tués au fur et à mesure des épreuves, dans des scènes d'une grande violence.

Survêtements verts

Dans la série, tous les joueurs portent des survêtements verts qui leur donnent des allures de prisonniers, tandis que leurs gardiens et bourreaux sont vêtus d'une combinaison fuchsia et portent des masques noirs, sur lesquels apparaissent un triangle, un cercle ou un carré selon leur grade. Autant d'accessoires possibles pour se déguiser à Halloween, et qui partaient comme des petits pains ces derniers jours dans une boutique de Manhattan, à New York, où s'est rendue une journaliste de l'AFP.