Réservé aux abonnés

Expulsion des commerces de la «jungle»

Les septante-deux échoppes encore présentes devront quitter les lieux.
12 oct. 2016, 23:04
/ Màj. le 13 oct. 2016 à 00:01
Immigrants get food from a charity organization in Calais, northern France, Monday, Feb. 8, 2010.  On Sunday officers moved some 100 illegal immigrants and about 20 activists from a hangar in the English Channel port city of Calais. Immigrants coming from as far away as Afghanistan and Iran gather in Calais trying to make their way to Britain. (KEYSTONE/AP Photo/Michel Spingler) FRANCE IMMIGRANTS

La plus haute juridiction administrative en France a validé hier l’expulsion des commerces illégaux installés dans la «jungle» de Calais, dans le nord de la France. Cette décision intervient à l’approche du démantèlement du camp de migrants.

Dans un délai de 48 heures, les autorités locales peuvent désormais expulser les occupants des 72 échoppes recensées. La plupart des commerces ont toutefois déjà fermé.

Relevant que les commerçants «ne disposent d’aucun titre pour occuper régulièrement les terrains» et qu’ils exercent leurs activités «dans des conditions d’insalubrité qui exposent à des risq...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois