Fusillade de Munich: sept ressortissants étrangers parmi les victimes

Parmi les personnes tuées vendredi soir par un forcené dans un centre commercial se trouvaient sept ressortissants étrangers. Aucun Suisse ne fait partie des victimes. Angela Merkel a évoqué "une nuit d'horreur"
23 juil. 2016, 15:38
/ Màj. le 23 juil. 2016 à 16:23
A Berne, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a précisé samedi qu'aucun Suisse n'avait été tué.

Sept ressortissants étrangers font partie des neuf personnes tuées vendredi soir par un forcené dans un centre commercial de Munich. Il s'agit de trois Kosovars, trois Turcs et un Grec, ont annoncé samedi les autorités des pays concernés.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a cité les noms de trois citoyens turcs figurant par les victimes lors d'un entretien avec la chaîne d'information turque NTV. Il a ajouté qu'il avait appelé les familles, sans donner d'autres précisions.

De son côté, Pristina a annoncé que trois autres personnes tuées étaient des Albanais du Kosovo. Selon les médias locaux, il s'agit d'un homme de 21 ans et de deux femmes, une adolescente de 14 ans et une autre dont l'âge n'a pas été précisé.

 

Pas de Suisse

Un Grec figure également parmi les neuf victimes, selon le ministère grec des Affaires étrangères. A Berne, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a précisé samedi qu'aucun Suisse n'avait été tué.

L'auteur de la fusillade - qui a également fait 16 blessés - est un forcené de 18 ans souffrant de problèmes psychologiques, selon la police allemande. Il n'aurait aucun lien avec le djihadisme.

"Une nuit d'horreur" selon Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel a évoqué "une nuit d'horreur" au lendemain de la fusillade. 

"Les gens à Munich ont derrière eux une nuit d'horreur", a-t-elle dit samedi à l'occasion de sa première réaction après la fusillade dans un centre commercial. "Une telle soirée est pour nous tous difficile à supporter".

"Nous tous, et je le dis au nom de l'ensemble du gouvernement, pleurons avec le coeur lourd ceux qui plus jamais ne rentreront dans leurs familles", a-t-elle ajouté depuis la chancellerie à Berlin.

La dirigeante conservatrice a rendu hommage aux Munichois, notamment à ceux qui ont ouvert leurs portes aux personnes errantes dans la ville après que celle-ci s'est retrouvée en quasi-état de siège. Ils ont montré que "nous vivons dans une société libre et qui fait preuve d'humanité", a-t-elle souligné. C'est dans ces valeurs que réside "notre grande force", selon Mme Merkel.