Italie: un responsable du parti de Berlusconi arrêté

L'ex-chef du groupe parlementaire régional du parti de Silvio Berlusconi a été interpellé mardi dans le cadre du vaste scandale financier qui frappe depuis plusieurs semaines le parlement de la région de Rome, le Latium.
06 août 2015, 14:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
berlusconi

Franco Fiorito, ex-chef du groupe parlementaire régional du parti de Silvio Berlusconi, a été arrêté pour détournement de fonds publics.

Le magistrat a ordonné son arrestation, estimant qu'il y avait danger de fuite et risque que le suspect essaye de trafiquer des documents compromettants.
 
M. Fiorito a été placé en détention dans la prison romaine de Regina Caeli et plusieurs perquisitions ont été effectuées, dont une dans sa résidence romaine.
 
Surnommé "Batman", M. Fiorito est au centre du scandale qui a entraîné la démission le 24 septembre de la présidente de la Région, Renata Polverini, membre de pointe du Peuple de la liberté (PDL), parti fondé par Silvio Berlusconi.
 
Environ un million d'euros
 
Il est soupçonné d'appropriation illicite de fonds publics pour environ un million d'euros (1,2 million de francs). Il a nié tout détournement, affirmant dans plusieurs interviews à la presse qu'il agissait en toute légalité.
 
Un de ses avocats, Me Carlo Taormina, a énergiquement dénoncé l'arrestation de son client, démentant tout détournement de fonds publics.
 
"Il y a une jurisprudence qui dit que quand l'argent public entre dans les poches d'un parti, que cela plaise ou non, il devient de l'argent privé", a-t-il expliqué, estimant que l'on pourrait accuser M. Fiorito au maximum "d'abus de confiance".
 
Substantielles augmentations
 
Depuis deux ans, les conseillers de la région Latium se sont octroyés de substantielles augmentations et ont accru dans des proportions importantes les dotations accordées par la Région aux partis politiques.
 
Selon la presse, M. Fiorito, qui avait la haute main sur ces fonds, loue au moins trois appartements à Rome, possède une villa au bord de la mer, un yacht, ainsi que plusieurs voitures de luxe et au moins un appartement en Espagne.
 
Une enquête a été ouverte il y a plusieurs semaines par le parquet de Rome contre une dizaine de conseillers régionaux du PDL soupçonnés de malversations financières, allant des fausses factures au détournement de fonds.