Le roi du Maroc mécontent du gouvernement islamiste

La politique éducative mise en place par le gouvernement islamiste au pouvoir au Maroc déplaît fortement au roi Mohamed VI.
07 août 2015, 11:42
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Mohamed VI a prononcé un discours à l'occasion du 60e anniversaire de la "Révolution du roi et du peuple"

Le roi Mohammed VI a critiqué mardi la politique suivie par l'actuel gouvernement islamiste en matière d'éducation. Il lui a reproché explicitement de ne pas avoir poursuivi les efforts entrepris précédemment sur ce "chantier déterminant".

Dans un discours à la Nation pour les 60 ans de "la Révolution du roi et du peuple", le souverain a entièrement ciblé son propos sur l'Education. Il a déploré que ce secteur soit "en butte à de multiples difficultés et problèmes".

Après s'être félicité de l'adoption, par le passé, d'une "Charte nationale d'éducation et de formation", Mohammed VI a relevé que "les gouvernements successifs" s'étaient "attachés à mettre en oeuvre les préconisations de cette charte, surtout le gouvernement précédent" d'Abbas El Fassi (2007-11).

Alors que "le gouvernement actuel aurait dû capitaliser les acquis positifs cumulés" sur ce "chantier déterminant", "les efforts nécessaires n'ont pas été entrepris pour (les) consolider", a-t-il ajouté.

"Pire encore, sans avoir impliqué ou consulté les acteurs concernés, on a remis en cause des composantes essentielles de ce plan", a déploré le roi. A ses yeux, l'Education ne doit pas "être l'objet de surenchères ou de rivalités politiciennes".

L'actuel gouvernement marocain est dirigé par le Parti justice et développement (PJD). Longtemps cantonnée dans l'opposition, cette formation islamiste a remporté les législatives de fin 2011, dans le contexte du Printemps arabe.

Ton très personnel

Tout au long de son discours, le roi du Maroc, confronté en début de mois à un rare mouvement d'indignation après une grâce accordée par erreur à un pédophile espagnol, a par ailleurs utilisé un ton très personnel, n'hésitant pas à parler de sa propre expérience en matière d'éducation.

"Si ton serviteur ne vit pas les difficultés sociales ou matérielles que connaissent certaines catégories de la population, cher peuple, il n'en reste pas moins que nous partageons tous les mêmes préoccupations concernant l'enseignement dispensé à nos enfants", a noté Mohammed VI, qui fête mercredi son 50e anniversaire.