Réservé aux abonnés

Les Ouïghours ne veulent pas être "diabolisés"

Pékin attribue l'attaque dans une gare, qui a fait 29 morts, à cette minorité musulmane.
07 août 2015, 13:27
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7852720.jpg

Le Congrès mondial ouïghour a appelé, hier, les autorités chinoises à "ne pas diaboliser" la minorité ethnique musulmane. Cette déclaration fait suite à l'attaque, samedi, à la gare de Kunming, dans le sud-ouest de la Chine. Huit assaillants munis d'armes blanches ont poignardé plus de 170 personnes, en tuant 29.

L'organisation ouïghoure "condamne sans équivoque les violences" et "exprime ses condoléances" aux victimes et à leurs familles.

La tuerie a été imputée par les autorités à des "séparatistes du Xinjiang", vaste région de l'ouest du pays dont les Ouïghours, minorité musulmane ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois