Mali: 2 Européens et 3 Maliens abattus dans un restaurant de Bamako

Deux Européens, un Français et un Belge ont été abattus dans la nuit de vendredi à samedi, à Bamako, la capitale du Mali. Trois Maliens font également partie des victimes de l'attaque d'un restaurant.
07 août 2015, 15:10
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le bilan pourrait s'alourdir. "Le Combat" parle samedi matin de 7 victimes.

Deux Européens, un Français et un Belge, et trois Maliens ont été abattus dans la nuit de vendredi à samedi dans une attaque contre un restaurant de Bamako. Paris et Bruxelles ont vivement dénoncé un attentat "lâche" et "ignoble".

Selon la police malienne, au moins un homme armé est entré peu après minuit heure locale dans le restaurant La Terrasse, situé dans un quartier de la capitale malienne apprécié des expatriés, et a ouvert le feu. "C'est une attaque terroriste, même si nous attendons des précisions. Selon un bilan provisoire, il y a quatre morts: un Français, un Belge et deux Maliens", a déclaré un policier sur place.

Mais une source à l'hôpital Gabriel Touré de Bamako a ensuite indiqué qu'un troisième Européen, dont la nationalité n'a pas pu être établie immédiatement, était mort lors de son admission dans cet établissement. De plus, huit personnes ont été blessées, selon cette source hospitalière.

Vives réactions

Le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius a confirmé qu'un de ses compatriote avait été tué. Son homologue belge Didier Reynders a de son côté indiqué qu'un ressortissant du Plat pays avait été "touché" sans pouvoir confirmer sa mort.

"Je dénonce et je condamne de nouveau cette terreur lâche, ignoble qui a frappé à Bamako", a ajouté M. Reynders à des journalistes à Riga. "Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour aider les autorités maliennes à ramener le calme. C'est désastreux de voir que dans très nombreux endroits du monde cette terreur continue de frapper lâchement", a-t-il ajouté.

Même réaction du côté de la présidence française. François Hollande a dénoncé "avec la plus grande force" ce "lâche attentat". Il va "offrir l'aide de la France" au président malien Ibrahim Boubakar Keïta, selon un communiqué de l'Elysée.

L'ambassade de France "a constitué une cellule de crise, averti les Français dès cette nuit et renforcé la sécurité de nos implantations en liaison avec les autorités maliennes", a ajouté la présidence française. Elle a adressé un message conseillant "la prudence" à tous les ressortissants français vivant dans la capitale malienne.

Corps gisant dans la rue

Un quotidien privé de Bamako, "Le Combat", a affirmé sur son site web qu'un homme et une femme avaient ouvert le feu avec des armes de gros calibre pendant qu'un troisième assaillant montait la garde à l'entrée du restaurant, mais cette information n'a pas pu être vérifiée immédiatement. Selon ce journal, des témoins ont déclaré avoir vu les agresseurs s'échapper dans au moins deux véhicules.

Dans une rue voisine du bar, le corps d'un policier malien et celui du gardien d'un domicile privé gisaient au sol, alors qu'un peu plus loin le corps d'un ressortissant belge était également visible, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.