République démocratique du Congo: un nouveau massacre fait 22 morts

Deux jours après un massacre perpétré par des rebelles ougandais, un nouveau carnage a eu lieu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Vingt-deux personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi.
07 août 2015, 14:20
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'armée congolaise a lancé en janvier une opération de grande envergure contre l'ADF.

Vingt-deux personnes ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), dans la région de Beni, a-t-on appris de source officielle congolaise. Cette nouvelle attaque intervient deux jours après un massacre similaire perpétrés par des rebelles ougandais.

"Vingt-deux personnes ont été tuées cette nuit à Eringeti, dont dix femmes et huit enfants", a déclaré Amisi Kalonda, administrateur du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu. Eringeti est située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Beni où 30 personnes ont été tuées dans la nuit de mercredi à jeudi par l'Alliance des forces démocratiques (ADF).

M. Kalonda a indiqué qu'il se rendait sur les lieux du drame avec l'armée pour évaluer la situation et qu'il n'était pas en mesure de dire si ce nouveau massacre avait été perpétré par les ADF. Ce groupe rebelle ougandais, installé entre Beni et la frontière ougandaise est néanmoins la seule milice connue en activité dans la région aujourd'hui.

"Les personnes tuées l'ont été principalement par coups de machettes, de haches et de houes", écrit la Société civile du Nord-Kivu, ONG basée à Beni, dans un communiqué. Elle parle également d'enfants dont les têtes auraient été "cognées contre des murs".

Appel aux Casques bleus

En deux semaines, "au moins 79 personnes ont été sauvagement exécutées par les ADF" ajoute le texte, exhortant les Casques bleus de la Mission de l'ONU au Congo (Monusco) à "s'engager militairement afin d'en découdre définitivement avec ces terroristes".

Composée uniquement de musulmans, l'ADF compterait aujourd'hui environ 400 combattants. L'armée congolaise a lancé en janvier une opération de grande envergure contre ce groupe, soutenue ensuite par la Monusco (approvisionnement en vivres et munitions, aide à l'évacuation des blessés, partage de renseignement et aide à la planification des opérations).

L'Est de la RDC est déchiré par les conflits armés depuis plus de vingt ans. Le Nord-Kivu est la province la plus touchée par les violences qui persistent en dépit de la présence dans le pays de la plus grosse mission de maintient de la paix de l'ONU avec plus de 20'000 Casques bleus.