Violences policières: la Californie s'embrase à son tour

Les Etats-Unis s'embrasent. Après les habitants de Ferguson et de New York, c'est au tour des Californiens de manifester contre la violence policière à l'égard des Noirs. Dimanche soir, plusieurs manifestants ont été arrêtés à Berkeley.
07 août 2015, 14:32
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Plusieurs personnes ont été arrêtées après une manifestation mouvementée à Berkeley. Les forces de l'ordre auraient fait usage de gaz lacrymogènes.

Plusieurs personnes ont été interpellées lors de violences dimanche soir en Californie dans le cadre de manifestations contre la violence policière à l'égard des Noirs. Berkley, Chicago, New York, Seattle et Miami ont aussi été le théâtre de protestations sous diverses formes.

Environ 750 personnes ont envahi des passerelles d'autoroutes en deux endroits à Berkeley, près de San Francisco, la police ayant eu recours aux gaz lacrymogènes pour faire évacuer les lieux. Les gaz lacrymogènes ont été utilisés, indique la police sur son compte Twitter, quand certains manifestants ont commencé à lancer des objets qu'elle décrit comme des "explosifs" sans plus de précision.

Certains manifestants ont indiqué sur Twitter que la police avait tiré des balles en caoutchouc. Cette information n'a pu être confirmée.

Manifestations à Berkley, Chicago et Miami

D'autres manifestations ont été plus calmes en Californie. Dans la soirée, une foule pacifique estimée par la police à 500 à 600 personnes s'est rassemblée sur le campus de l'université de Californie à Berkeley pour défiler ensuite sur une artère importante de la ville.

A Chicago, des manifestants religieux ont défilé dans la ville, brandissant des pancartes et scandant : "Je n'arrive pas à respirer" et "Mains en l'air, ne tirez pas", selon les images diffusées à la télévision. A Miami en Floride, une portion de voie rapide a été bloquée par des manifestants perturbant la circulation.

Chants de Noël protestataires
Et dans le centre de Seattle, quelque 200 personnes se sont rassemblées dimanche soir, certaines jetant des pierres. Sept interpellations ont eu lieu après des affrontements avec la police.

Le week-end a été plus calme à New York. Une trentaine de personnes, parmi lesquelles se trouvaient des professionnels de l'opéra, ont chanté dimanche dans le centre de New York des chants de Noël dont les paroles avaient été réécrites pour dénoncer les violences policières. L'initiative leur a valu les sourires des nombreux passants venus faire leurs courses.

Débat national

Les meurtres par des policiers blancs des Noirs Eric Garner à New York et Michael Brown à Ferguson dans le Missouri, et la décision de grands jurys de ne pas engager de poursuites, ont suscité un débat national sur les violences policières et les relations entre communautés.

Selon Bill Bratton, un commissaire de police de New York, l'enquête interne au Département de la police pour la mort d'Eric Garner pourrait durer quatre mois. Le département fédéral de la Justice mène par ailleurs sa propre enquête.