Réservé aux abonnés

Donner ses organes: un choix délicat

Pour ne pas laisser le fardeau de la décision à ses proches, il est important d’exprimer clairement son avis sur le sujet.
05 sept. 2017, 23:34
/ Màj. le 06 sept. 2017 à 00:01
DATA_ART_11481549

anne devaux

anne.devaux@lacote.ch

Lorsque le sujet du don d’organes est abordé en théorie, la population suisse s’y montre favorable dans sa grande majorité.

Malheureusement, en pratique, lorsque la question se pose dans l’urgence, les médecins des soins intensifs constatent que peu de personnes possèdent une carte de donneur. Rares sont ceux, également, qui ont affirmé sans aucun doute possible leur position auprès de leurs proches. Le modèle du consentement au sens large est en vigueur en Suisse. Les organes ne peuvent être prélevés que s’il existe un consentement du donneur ou, s’il n’a pas ex...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois