Réservé aux abonnés

Grandir, le défi de taille du basket

Peu visible, la Ligue nationale cherche à se développer, notamment outre-Sarine. Le point avec son directeur Gabriel Gisler.
05 août 2015, 15:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5845825

sports@lacote.ch

Outre Thabo Sefolosha, le basketball suisse peine à se vendre. La Ligue nationale A déplore un manque de visibilité. Avec cinq clubs romands, trois tessinois et un seul alémanique, le paysage de la sphère orange helvétique est aujourd'hui différent selon les régions linguistiques. L'hétérogénéité du plateau se ressent aussi au niveau financier: pour la saison 2011/2012, Fribourg Olympic a un budget de 1,1 million de francs - officiellement le plus gros du cham pionnat - alors que le BBC Nyon (au repos ce week-end) ferme la marche avec 150 000 francs.

Directeur de la Ligue n...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois