F1: premiers pas de Max Vertappen, 17 ans, dans le monde professionnel

Au volant d'une Toro Rosso, le Néerlandais Max Verstappen, 17 ans, a participé à ses premiers essais libres au Grand Prix du Japon. Il entre dans l'histoire de la F1.
07 août 2015, 14:17
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le Néerlandais Max Verstappen, 17 ans depuis mardi, fils d'un ex-pilote de Grand Prix, est entré dans l'histoire de la F1 vendredi en participant aux premiers essais libres du Grand Prix du Japon, sur le circuit de Suzuka, dans une Toro Rosso.

Le Néerlandais Max Verstappen, 17 ans depuis mardi, fils d'un ex-pilote de Grand Prix, est entré dans l'histoire de la F1 vendredi en participant aux premiers essais libres du Grand Prix du Japon, sur le circuit de Suzuka, dans une Toro Rosso.

Son père Jos, 2 podiums en 1994, a assisté à cette séance. Son rejeton a bouclé 22 tours puis le moteur Renault a rendu l'âme. Max est rentré au stand sur la moto d'un commissaire puis s'est confié aux journalistes, longuement, en donnant l'impression qu'il avait dix ans de plus que l'âge mentionné sur sa carte d'identité. Car il est désormais le plus jeune pilote à participer à un week-end de GP depuis Sebastian Vettel, quadruple champion du monde en titre.

"J'étais relax. J'y suis allé tranquillement, tour après tour, pour faire le plus de tours possible. La voiture est différente du modèle 2012 que j'avais piloté avant, c'est un circuit difficile, il m'a fallu cinq ou six tours pour me mettre dans le rythme. La principale différence avec le simulateur, ce sont les forces latérales, car on ne peut pas les simuler."

Max Verstappen arrive en droite ligne du karting, il a gagné quelques courses de Formule 3 et sera titulaire dès l'an prochain chez Toro Rosso, dans le baquet du Français Jean-Eric Vergne.

Celui-ci est bien placé pour juger la performance de son successeur: un 12e chrono absolu dans cette 1re séance, tout près de son coéquipier russe Daniil Kvyat qui sera chez Red Bull la saison prochaine.

La F1 rajeunit

"Faire un bon chrono le vendredi matin, c'est plus facile que construire et gérer tout un week-end de Grand Prix", a dit Vergne en fin de journée. "JEV" n'a que 24 ans, dont trois ans d'expérience en F1, il est issu lui aussi de la filière Red Bull, mais il est la principale victime collatérale du vent de "jeunisme" qui souffle sur la F1.

Verstappen est le dernier exemple en date, bien plus jeune que Sebastian Vettel quand il a débuté en 2007 dans une Sauber-BMW, au GP des Etats-Unis. L'Allemand allait avoir 20 ans, il a terminé 8e. Puis il a fait toute la saison suivante chez Toro Rosso, avec une victoire à la clé, à Monza, sous la pluie, avant d'être promu chez Red Bull et de rafler ses quatre titres mondiaux.

Le prodige néerlandais n'en est pas encore là, mais il travaille pour ça et semble imperturbable: "Je n'ai pas été vraiment surpris par quoi que ce soit. Il y a beaucoup de puissance. Le plus gros défi, c'est de s'habituer aux systèmes, aux procédures, aux boutons sur le volant. Mais globalement, je pense que ça s'est bien passé."

Frêle, limite chétif, les yeux comme des billes sous une casquette qui semble gigantesque, Verstappen profite aussi de l'évolution de la F1, de plus en plus technologique et de moins en moins physique, avec moins d'appui aérodynamique et moins de forces latérales qui obligeaient autrefois les pilotes à se forger un cou de taureau.

"J'étais loin de la limite, mais je me suis fait plaisir tout le temps. Le plus grand changement, par rapport à la F3, c'est que tout se passe plus vite." Cela va plus vite aussi pour lui, à 17 ans, mais il n'est pas "préoccupé" par son âge - "Quand on est prêt, on est prêt" - ou par le fait qu'il n'a pas encore son permis de conduire et s'assied côté passager pour aller au circuit.

"Cela me permet de dormir un peu, donc c'est pratique", plaisante l'adolescent que certains comparent déjà au Brésilien Ayrton Senna. Les conseils de son paternel ont été d'une simplicité biblique, et il les a suivis: "Construis ta confiance tour par tour, tu seras de plus en plus à l'aise."

Pour parfaire son apprentissage accéléré, Verstappen Junior va rouler à nouveau le vendredi matin lors des dernières manches de la saison, mais pas à Sotchi. Le circuit du parc olympique est nouveau et les pilotes titulaires auront besoin de passer un maximum de temps pour le comprendre. Max se consolera dans le simulateur.