Après 10 matchs et un seul but, Mario Balotelli n'est déjà plus en odeur de sainteté à Liverpool

Mario Balotelli est un très bon joueur de foot. Mais le moins que l'on puisse écrire, c'est qu'il est très instable. Son nouveau club, Liverpool, est en train de s'en rendre compte.
07 août 2015, 14:21
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Mario Balotelli est arrivé à Anfield Road pour remplacer Luis Suarez. On est très loin du compte.

La lune de miel entre Liverpool et Mario Balotelli semble déjà s'achever. L'Italien a été sorti à la mi-temps mercredi contre le Real Madrid (0-3) après un échange de maillot mal venu.

Il reste pour l'instant difficile de savoir si l'attaquant italien a été remplacé en raison d'une nouvelle prestation insipide, ou parce qu'il a échangé son maillot avec Pepe au terme des 45 minutes initiales, un geste très mal vu en Angleterre.

 

Arrivé à Anfield à la fin du mercato pour 16 millions de livres (environ 24,8 millions de francs) afin de remplacer l'idole Luis Suarez parti à Barcelone, l'ex-Milanais de 24 ans va depuis de désillusion en désillusion. Après dix matches, son compteur fait état d'un petit but seulement pour les Reds, contre le modeste Ludogorets en Ligue des champions.

Le fantasque azzurro, connu autant pour ses inspirations géniales que son abonnement aux pages faits divers et les déclarations tapageuses, avait toutefois réussi à échapper à tout nouveau dérapage extra-sportif. Jusqu'à cet épisode qui pourrait marquer un tournant dans sa carrière à Liverpool.

"Je serais quand même surpris qu'il soit toujours là dans un an, a martelé l'ancien défenseur Jamie Carragher. Il a été acheté sous le coup de la panique, il fallait quelqu'un. Il est peut-être encore trop tôt pour le juger mais je n'arrive pas à changer d'avis. Pas à cause de ce qu'il fait ici, mais plus avec ce qu'il a montré avant avec City ou l'AC Milan".

Ce n'est en effet pas tant le geste malheureux que cette image de joueur de plus en plus mou et de moins en moins concerné qui provoque l'ire de l'ex-Red. "Il est en train de sortir et c'est Pepe qui lui demande, pas lui qui va voir l'adversaire. Il est évidemment naïf, mais il ne peut pas dire non", poursuit-il.

"Cela n'a aucun sens de l'avoir recruté, poursuit à son tour Jamie Redknapp avant d'élargir la critique au manager Brendan Rodgers. C'est un peu dur de le comparer à Robbie Keane, mais au moins l'Irlandais essayait et bossait. Au supermarché, il y a une bonne raison quand c'est moitié prix".

"Ce n'est pas à Balotelli que j'en veux, mais à Rodgers pour l'avoir acheté. Comment pensait-il pouvoir gérer un joueur qui a lassé Mourinho, Mancini et Prandelli".

Dans ce concert, il ne se trouve finalement que Ian Rush pour défendre Balotelli. "Il a encore un avenir à Liverpool", assure ainsi le meilleur buteur de l'histoire du club. "Le public est assez patient ici, mais lui doit prendre conscience que ce n'est pas un club comme un autre. Il faut qu'il montre qu'il tient au club en donnant tout sur le terrain."

De ce point de vue, on ne peut pas vraiment dire qu'il a pioché dans ses réserves pour l'instant.