Bien mauvaise opération de la Suisse contre la France

La Suisse s'est inclinée contre la France sur le score de 4 à 2 aux Mondiaux de Helsinki et Stokholm.
06 août 2015, 09:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
brunner_suisse_france

La Suisse se retrouve en ballottage très défavorable au Championnat du monde à Helsinki après s'être incliné 4-2 contre la France samedi. Désormais une qualification pour les quarts de finale passe par deux victoires contre la Slovaquie ce dimanche (19h15/RTS deux) et mardi contre les Etats-Unis (19h15/RTS deux).

La Suisse est retombée dans ses travers. Comme il y a une quinzaine d'années quand la France faisait cauchemarder la sélection helvétique à Gävle (Mondial 95/2-3), St-Petersbourg (Mondial 2000/2-4) et Salt Lake City (JO/3-3). Pourtant les Suisses avaient depuis su contourner l'obstacle à la faveur d'efforts incommensurables et souvent par la plus petite des marges.

Comme à St-Petersbourg ?

Ce Mondial était parti sous de bons auspices. Certes, la Suisse n'avait pas créé de surprise contre les "grands" que sont la Finlande (2-5) et le Canada (2-3), mais la qualité du jeu était plutôt bonne. Seulement, la discipline défensive n'a plus qu'un rapport lointain avec celle des années Krueger. La sélection helvétique l'a payée très cher contre la France, en nets progrès il faut tout de même le souligner. Les Français ont d'ailleurs assuré leur place dans le groupe A, à moins d'un cataclysme qui aurait la forme de deux succès du Kazakhstan contre le Canada et la Finlande.

Le cauchemar recommence donc contre la France. La Suisse n'avait plus perdu face à son voisin depuis l'an 2000 à St-Petersbourg en compétition officielle. Cette année-là, elle s'était tout de même qualifiée pour les quarts de finale en battant la Russie à domicile. En Finlande, elle se retrouve désormais contrainte de battre la Slovaquie et les Etats-Unis pour espérer décrocher le quatrième rang. Une mission sinon impossible du moins très délicate.

Une pénalité de match sévère

Les Français ont connu une réussite maximale. Ils ouvraient le score sur l'unique pénalité mineure concédée par les Suisses dans les deux premiers tiers-temps. Le défenseur Yohann Auvitu, champion de Finlande avec JYP, marquait d'un tir puissant (18e). Bouffées de chaleur dans le camp helvétique quand Teddy da Costa profitait d'une mêlée devant le but de Stephan pour doubler la mise (33e). Mais 30'' plus tard, Damien Brunner surprenait Cristobal Huet d'un tir dévié dans un angle fermé. Le Zougois marquait un deuxième but superbe moins de 2' après à la suite d'un superbe une-deux avec Kevin Romy.

Tout basculait à la 46e minute. Thibaut Monnet ajustait la barre transversale. Dans la continuité, Goran Bezina entrait en collision avec Anthony Guttig (Ducs de Dijon), mal positionné sur ses jambes. Le choc était terrible. Le Français restait k.-o. et le défenseur de Genève-Servette écopait d'une pénalité majeure de 5' assortie d'une pénalité de match. "J'ai revu les images à la vidéo et je ne suis pas d'accord, affirmait Simpson. Goran n'a jamais voulu frapper son adversaire à la tête." Les arbitres ont appréhendé la scène autrement. Le Valaisan risque même une suspension.

Ce qui est moins normal, c'est que la Suisse se soit liquéfiée pendant la période d'infériorité numérique et ait encaissé deux buts. D'abord sur un tir de Laurent Meunier, sans doute arrêtable pour Tobias Stephan, puis 44'' plus tard sur une tentative de Stéphane da Costa, qui a joué quelques matches de NHL avec Ottawa. La Suisse ne se remettait pas de ce black-out. Elle terminait le match à six joueurs de champs contre trois Français, mais Huet était impeccable dans sa cage. "Les Français ont mérité leur succès. Ils ont été meilleurs que nous", relevait Kevin Romy. "La clé du succès, c'est de n'avoir encaissé aucune pénalité avant la fin du match", précisait Huet. Quant à l'entraîneur suisse Sean Simpson, il se montrait fataliste: "Je n'ai pas reconnu certains joueurs par rapport aux quatre premiers matches."