JO d'hiver 2022: pour réussir, toute la Suisse doit se mobiliser

La Suisse et les Grisons aimeraient accueillir les Jeux olympiques d'hiver en 2022. La mobilisation de tout un peuple est cependant nécessaire. Décryptage dans "Sport sans frontières".
06 août 2015, 15:09
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le Conseiller fédéral Ueli Maurer (à g.) a pris le dossier "Grisons 2022" entre ses mains.

Le peuple helvétique se prononcera le 3 mars. Si le verdict populaire est favorable, s’engagera alors une véritable course contre-la-montre. Pour que le projet «Grisons 2022» aboutisse, la Suisse doit lever tous les obstacles politiques d’ici à l’été 2013. Le Comité International Olympique (CIO) officialisera ensuite la liste des finalistes en juillet 2014, et désignera la ville hôte en juillet 2015.

Pour la Suisse, l’organisation de Jeux olympiques d’hiver est un vrai challenge. Saint-Moritz les avait déjà accueillis à deux reprises, en 1928 et 1948. Autant dire à une autre époque. Aujourd’hui, le gigantisme des Jeux a tout avalé. Salt Lake City, Vancouver, Sotchi: les grandes villes tiennent la corde.

La Suisse a-t-elle encore les moyens d'organiser des JO? Le peuple helvétique est-il prêt à soutenir une candidature olympique? Quels sont les contraintes des organisateurs? Christophe Dubi, le directeur des sports du CIO, apporte des réponses.

L'intégralité de l'article est à retrouver mercredi dans la rubrique "Sport sans frontières".