Lea Sprunger tient son titre de championne de Suisse

La Ginginoise décroche pour la première fois la consécration nationale, sur 200m. Elle succède à sa soeur Ellen.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7800151.jpg

Elle n'était venue que pour ça, pour le titre. " Ma priorité ", lâche Lea Sprunger, heureuse d'avoir finalement concrétisé son objectif. La Ginginoise courait après son premier sacre national chez les actifs depuis des saisons. Hier à Macolin, sur 200 m, l'athlète du COVA Nyon a enfin touché au but. " Ça fait du bien d'être championne de Suisse, en fin! " Son plaisir et sa réaction d'après-course le confirment.

Lea Sprunger succède ainsi à sa grande soeur Ellen, absente ce week-end. Ce titre reste donc à Gingins. De l'aveu de la nouvelle reine du 200 m, tout ne fut pas parfait. Notamment lors des sé ries. Elle a toutefois sorti la course qu'il fallait, en finale. " La salle s'avère un bon test pour voir les points à travailler, et le test est réus si. Je suis beaucoup plus ra pide au départ et sur les trente premiers mètres. " La Ginginoise s'est imposée en 23''48. " Mon temps est très bon, sachant que la saison indoor n'est pas à mon avantage. Si l'on transpose sur une course en plein air, cela promet. "

 

Marisa Lavanchy bronzée

 

Mujinga Kambundji (23''96) et Marisa Lavanchy (23''98) complètent le podium de ce 200 m. Une médaille de bronze mitigée pour la Rolloise. " Je suis déçue de mon temps, car je cours moins vite qu'en demi-finale ", réagit Marisa Lavanchy, qui aurait pu prétendre à l'argent. La jeune femme, deuxième à quelques hectomètres de l'arrivée, ne s'attendait pas à se trouver si bien placée. " Je fus surprise de dépasser Mujinga, je me suis alors crispée et j'ai paniqué ." Réjouissance trop précoce parce que la course n'était pas finie. " Cela m'apprendra! Je dois me mettre dans la tête que je peux aussi rivaliser avec elle ." Marisa Lavanchy n'a pas tout perdu à Macolin, bien au contraire. Samedi, la Rolloise a déjà pris la troisième place du 60 m, record personnel à la clé (7''43). Juste derrière Mujinga Kambunji (7''33) et Lea Sprunger, au teure également de son meilleur chro no (7''37). " Je suis très con tente de ce 60 m ", dit Marisa Lavanchy.

 

Sur la bonne voie

 

Et de compléter: " Mon objectif est le même que la saison passée: être clairement la quatrième fille du relais. Ne plus être dans l'at tente de la décision du coach, ce sus pense me fait perdre trop d'énergie. Dans cette optique, j'ai marqué des points ce week-end; même s'il reste beau coup d'étapes jusqu'aux cham pionnats d'Europe. " Marisa Lavanchy s'estime sur la bonne voie. " Sur 60 m, j'ai gagné en vitesse pure. Mais du travail doit encore être effectué sur 200 m, je manque de résistance ."

Du boulot, Lea Sprunger - toute championne nationale qu'elle soit - n'en manque pas: "On peut toujours faire mieux, partout. Je dois no tamment améliorer mon men tal. En confrontation directe, j'ai tendance à perdre un peu confiance ", analyse la protégée de Laurent Meuwly. Ce week-end fait office de déclic. " Après la demi-finale, peu confiante, j'ai réussi à me remettre dedans ." Cela valait bien un titre. Sur la route des Européens de Zurich, c'est toujours ça de pris.