Réservé aux abonnés

Ces "francs-tireurs" sans parti qui menacent le pouvoir établi

L'establishment politique réagit mal aux préoccupations de personnalités indépendantes.
07 août 2015, 10:59
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Bien que souvent décrits comme arrivistes, les francs-tireurs comme Franz Weber ou Thomas Minder reviennent régulièrement sur le devant de la scène politique et portent des initiatives attractives devant le peuple. Ce succès est mal vu par les partis établis, qui voient leur influence menacée.

L'initiative sur les résidences secondaires en 2012, celle sur l'imprescriptibilité des actes sexuels sur des enfants en 2008, ou encore le texte prônant l'internement à vie des délinquants sexuels quatre ans auparavant: depuis 2004, sur les six initiatives acceptées par le peuple, pas moins de la moiti...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an