Hôtellerie: les nuitées sont en baisse de 0,5% au premier trimestre

Quelque 3200 nuitées en moins qu'en 2011, ont été enregistrées durant le premier trimestre 2012 dans le canton de Vaud.
06 août 2015, 09:04
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
vallee_de_joux

De janvier à mars 2012, les hôtels vaudois ont enregistré 587 600 nuitées, soit 3200 nuitées ou 0,5 % de
moins qu’au 1er trimestre 2011.

Trois régions touristiques sur six voient leurs nuitées progresser, à savoir Montreux Riviera (+2,5 %), Lausanne (+2,3 %) et, surtout, le Jura (+21,9 %). La demande des touristes en provenance de la zone euro continue de reculer, tout comme celle de pays situés hors de cette zone tels que les Etats-Unis et le Royaume-Uni, alors que progressent fortement les nuitées suisses.

Léger fléchissement des nuitées dans le canton

De janvier à mars 2012, le nombre des nuitées dans les Alpes vaudoises s’est élevé à 194 700, ce qui
correspond à un recul de 3,8 % (-7800 nuitées) par rapport au 1er trimestre 2011. A noter que la destination
Aigle-Leysin-Les Mosses affiche un bilan positif, avec 71 300 nuitées, soit une hausse de 3000 nuitées
(+4,5 %).

La région des Lacs accuse un repli marqué de ses nuitées, qui chutent de 6,2 % (-4600 nuitées à 68 700
nuitées); hormis Avenches (+13,7 % à 4700 nuitées), toutes les autres destinations de cette région sont en
recul. Autre baisse, mais plus modeste: la région Campagne (-0,9 % à 8900 nuitées).

La Vallée de Joux fait le plein

Les nuitées dans le Jura se sont accrues de 21,9 % (+2200 nuitées pour un total de 12 500 nuitées), la Vallée de Joux progressant de 28,9 % à 5100 nuitées, Sainte-Croix et environs de 22,8 % à 6900 nuitées.

Avec 197 200 nuitées, Lausanne est en augmentation de 2,3 %, gagnant ainsi 4500 nuitées.
Quant au bilan trimestriel de Montreux Riviera, il s’inscrit à 105 600 nuitées, ce qui constitue là aussi une
hausse (+2,5 % et +2500 nuitées).

Moins de touristes étrangers,  forte demande indigène

Au cours du 1er trimestre 2012, l’érosion des nuitées enregistrée dans le canton s’explique par la désaffection
des touristes étrangers, dont la demande a fléchi de 8,7 % (-32 600 nuitées pour un total de 342 700 nuitées)
par rapport au 1er trimestre 2011.