Le National ne change pas le mode de consentement du don d'organe

Le Conseil national a adopté à l'unanimité une révision de loi qui doit favoriser les transplantations.
07 août 2015, 15:09
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La nouvelle loi vise l'amélioration de la coordination et de l'information dans les hôpitaux au sujet du don d'organe.

Après le Conseil des Etats, c'est le Conseil national qui a accepté, à l'unanimité, la révision de la loi sur les transplantations, proposée par le conseiller fédéral Alain Berset. Les propositions visant à rendre le consentement "présumé", pour les cas ou l'opposition au don d'organe n'était pas explicitement déclarée ont été rejetées. Les députés ont préféré la solution proposée par le Conseil fédéral et la commission de la santé publique. Tout prélèvement ne pourra se faire que si le donneur ou ses proches l'ont explicitement accepté, comme c'est déjà le cas aujourd'hui. 

La nouvelle loi vise l'amélioration de la coordination et de l'information dans les hôpitaux au sujet du don d'organe, afin que la Suisse améliore son taux de dons d'organe encore bas en comparaison internationale. En 2014, deux personnes décèdent chaque semaine du fait de ne pas avoir pu subir une transplantation. 

Une divergence de détail avec le Conseil des Etats fait que la loi révisée devra encore y faire un tour lors d'une prochaine session. 

Retrouvez ces informations en détail dans nos éditions payantes du vendredi 6 mars.