Le PS suisse s'inquiète de la politique d'austérité européenne

"Ce qui se passe en Europe ne peut pas nous laisser indifférent" car "nous sommes concernés", a déclaré samedi Christian Levrat, président du PS. L'élection de François Hollande à la présidence de la France redistribue les cartes et donne l'espoir d'une Europe plus sociale.
06 août 2015, 10:04
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
levrat

"Je ne sais pas quand la Suisse va adhérer à l'Europe", mais "les socialistes suisses ne doivent pas rester à l'écart". "Nous devons aussi lancer la discussion en Suisse sur les orientations de l'Europe", a indiqué Christian Levrat lors de l'assemblée des délégués à Bâle.

L'élection de François Hollande donne pour la première fois depuis des années l'espoir de pouvoir construire une Europe plus sociale et plus ouverte. Après le Danemark et la France, d'autres changements sont possibles, aussi en Allemagne, estime le président du PS.

La politique d'austérité des conservateurs a échoué. Il est temps que les forces sociales s'unissent et développent un projet commun qui donne la priorité à l'emploi et aux hommes et non au sauvetage de la place financière, a déclaré le conseiller aux Etats fribourgeois.

Maurer dans le viseur

Christian Levrat a aussi critiqué la déclaration d'Ueli Maurer qui estime qu'"il faut être fou pour vouloir adhérer à l'Europe". Les citoyens attendent un autre comportement d'un ministre que d'insulter ses adversaires politiques.

La déclaration du chef du département de la défense lui rappelle celle de Nicolas Sarkozy et son "casse-toi pauvre con!" ou l'attitude machiste de Silvio Berlusconi. Ueli Maurer devrait se rappeler que ces deux politiciens n'ont pas été réélus, a-t-il ajouté.

Au Département de la défense (DDPS), Ueli Maurer semble s'en sortir avec les vélos militaires, mais c'est plus difficile avec les avions et il est dépassé lorsqu'il s'agit d'établir les buts de l'armée. Avant de parler de politique étrangère, il ferait mieux de s'occuper de son département, estime le président du PS.