Réservé aux abonnés

Les privilèges fiscaux dans le viseur de la gauche

Le peuple devra se prononcer sur la troisième réforme.
06 oct. 2016, 23:48 / Màj. le 07 oct. 2016 à 00:01
Nationalraetin Margret Kiener-Nellen, SP-BE, Mitte, sowie weitere Personen vom Referendumskomitee "Nein zur USR III" reichen das Referendum gegen die Unternehmenssteuerreform III ein, am Donnerstag, 6. Oktober 2016, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider) SCHWEIZ REFERENDUM UNTERNEHMENSSTEUERREFORM III

La démocratie directe a ses rites. Le dépôt des signatures à la chancellerie fédérale en fait partie. Les adversaires de la troisième réforme des entreprises (RIE III) ont remis officiellement, hier à Berne, les 26 cartons aux couleurs cantonales contenant les quelque 56 000 paraphes recueillis à l’appui de leur référendum.

Le sujet est complexe. Il donne déjà lieu à des slogans simplificateurs. L’alliance de gauche qui a lancé le référendum dénonce une arnaque en faveur des gros actionnaires, tandis que l’Union suisse des arts et métier (Usam) traite les référendaires de «fossoyeurs ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois