Une annonce fribourgeoise déconseille de confier des travaux aux gens du voyage: plainte pour racisme

Une annonce publiée par des associations professionnelles fait l'objet d'une plainte pour violation de la norme pénale contre la discrimination raciale, dans le canton de Fribourg. Elle met en garde contre les travaux effectués par les gens du voyage.
06 sept. 2017, 13:44
/ Màj. le 06 sept. 2017 à 13:47
Ces associations écrivaient notamment que les travaux confiés à des gens du voyage seraient "bien souvent" réalisés "au mépris des prescriptions de sécurité et de protection de l’environnement les plus élémentaires".

Une annonce mettant en garde contre le fait de confier des travaux à des gens du voyage fait l'objet d'une plainte pour violation de la norme pénale contre la discrimination raciale dans le canton de Fribourg. Trois associations professionnelles fribourgeoises et deux associations suisses sont visées, ainsi que deux journaux.

Cette plainte déposée auprès du Ministère public fribourgeois par un particulier est soutenue par la Société pour les peuples menacés. Celle-ci voit dans la publication de cette annonce l'expression d'un "antitsiganisme croissant" en Suisse, a-t-elle commenté mercredi dans un communiqué.

L'annonce a été publiée mi-juin dans La Liberté et les Freiburger Nachrichten. Ses auteurs: l'Association fribourgeoise des maîtres plâtriers et peintres, le Groupement fribourgeois des carreleurs, l'Association fribourgeoise des entreprises de menuiserie, Holzbau Schweiz et l'Association des maîtres charpentiers et des fabricants de meubles suisses (VSSM).

Qualité critiquée

Ces associations écrivaient notamment que les travaux confiés à des gens du voyage seraient "bien souvent" réalisés "au mépris des prescriptions de sécurité et de protection de l’environnement les plus élémentaires". Elles ajoutaient que dans de nombreux cas, la qualité et la durabilité des travaux ne seraient pas garanties.

La Société pour les peuples menacés (SPM) estime que cette publication remet fondamentalement en cause la qualité et l'éthique du travail des membres des minorités yéniches, sinté et roms. Cela peut leur causer du tort sur le plan personnel, professionnel et économique, souligne-t-elle.

Du point de vue de la SPM, l'annonce a été publiée dans le but d'empêcher la concurrence. Pourtant, les activités de commerce des populations nomades "sont déjà fortement réglementées et contrôlées", dit-elle.