Votations fédérales du 23 septembre: les Suisses voteront sur le contenu de leur assiette

Le 23 septembre, le peuple suisse va s'exprimer sur l'initiative "pour des denrées alimentaires saines et produites dans des conditions équitables et écologiques", lancée par les Verts. Celle-ci demande que la Confédération renforce l'offre de denrées alimentaires sûres et de bonne qualité.
27 août 2018, 08:02
/ Màj. le 27 août 2018 à 08:02
Selon le conseiller fédéral Alain Berset, une bonne partie du texte des Verts n'est pas nécessaire, car le problème peut déjà être réglé avec les bases légales actuelles. (illustration)

Les Suisses diront le 23 septembre s'il faut en faire plus pour assurer la qualité des aliments. Souvent associée au texte d'Uniterre en votation le même jour, l'initiative des Verts "pour des denrées alimentaires saines et produites dans des conditions équitables et écologiques" ne se concentre pas autant sur la politique agricole stricto sensu de la Confédération et contient des revendications moins rigoureuses.

La démarche part du produit et non de la production. Ce n'est d'ailleurs pas le ministre de l'économie mais celui de la santé Alain Berset qui est descendu dans l'arène. Selon lui, une bonne partie du texte des Verts n'est pas nécessaire, car le problème peut déjà être réglé avec les bases légales actuelles.

 

 

Pas nécessaire

La Suisse produit elle-même la moitié des denrées dont elle a besoin. Celles-ci sont sûres et de bonne qualité. Elles doivent satisfaire à des exigences strictes. Le bien-être et la dignité de l'animal sont protégés par la loi.

Des prescriptions de déclaration existent pour les denrées produites à l'étranger selon des méthodes interdites en Suisse (oeufs issus d'élevages en batterie, viande aux hormones). Des labels permettent aux consommateurs de s'y retrouver.

Hausse de prix

A droite, certains trouvent que l'initiative va trop loin. Les Verts sont même accusés d'imposer par la bande une vision végétarienne voire végane de la société. D'autres, comme le conseiller national PLR Philippe Nantermod, s'inquiètent des répercussions sur les prix et l'offre en Suisse, qui pourraient doper le tourisme d'achats.

Il faudrait en outre mettre en branle un système compliqué et cher pour vérifier les conditions de production à l'étranger. Des normes plus strictes pour les importations pourraient par ailleurs diminuer le choix de denrées alimentaires. Selon le Conseil fédéral, les oeufs et la viande provenant d'élevages intensifs industriels ne pourront plus être importés en Suisse.

 

 

Les revendications de l'initiative

L'initiative demande que la Confédération renforce l'offre de denrées alimentaires sûres et de bonne qualité. Celles-ci devraient être produites dans le respect de l'environnement, des ressources et des animaux, ainsi que dans des conditions de travail équitables.

Des exigences devraient être fixées pour la production et la transformation. Les produits agricoles importés utilisés comme denrées alimentaires devraient aussi répondre généralement à ces règles. Il faudrait viser le même objectif pour les denrées composées ou à degré de transformation plus élevé ainsi que pour les aliments pour animaux.

L'initiative "pour des aliments équitables" veut en outre privilégier les produits importés issus du commerce équitable et d'exploitations paysannes cultivant le sol ainsi que réduire les incidences négatives du transport et de l'entreposage des denrées alimentaires.