Vaud veut plus de places pour les gens du voyage suisses

Les assises des gens du voyage suisses se sont tenues lundi à Lausanne. Le canton de Vaud veut mettre des aires supplémentaires à disposition des Yéniches, Sinti et Manouches, en collaboration avec les communes.
30 nov. 2021, 09:57
/ Màj. le 30 nov. 2021 à 10:06
Un campement de gens du voyage, à Nyon (image d'illustration).

Une rencontre consacrée aux besoins en places d'accueil temporaire pour les communautés nomades de Suisse a eu lieu lundi dans la salle du Grand Conseil vaudois. 

Conviés par le Département vaudois de l'environnement et la sécurité (DES), municipaux, préfets, représentants des polices vaudoises, de l'Etat de Vaud, de la Confédération et des communautés nomades de Suisse sont venus tenter de trouver des solutions pour renforcer la compréhension du mode de vie de ces citoyens suisses.

Tests grandeur nature

Plusieurs pistes de réflexion ont été mentionnées, a communiqué lundi l'Etat de Vaud. Il a été notamment proposé aux communes d'accueillir des convois pendant deux semaines au cours de l'été sous la forme de tests grandeur nature. 

A lire aussi: Gens du voyage: «La problématique est là, coronavirus ou pas»

L'accent a également été mis sur la nécessité de sensibiliser et informer davantage les autorités communales ainsi que la population sur les us et coutumes des gens du voyage.

Enfin, les communes qui accueillent déjà les Yéniches, les Sinti et les Manouches ont pu "attester que les relations avec ces communautés sont positives et les échanges empreints de respect mutuel", selon le communiqué.

Boîte à outils

Sur ces bases, le canton entend continuer à collaborer avec les communes afin de mettre à disposition des aires supplémentaires. 

A lire aussi: Quatre communes de La Côte terres d’accueil pour les Yéniches

A cet effet, une boîte à outils à leur intention a été présentée lundi. Disponible sur le site de l'Etat de Vaud, elle regroupe tous les documents et les informations utiles.

Pour rappel, à la suite de l’arrêt du Tribunal fédéral (TF) publié le 10 mai 2021 validant le plan d'affectation cantonal (PAC) "Gens du voyage indigènes", la voie à l'aménagement d'une première aire d'accueil temporaire cantonale est désormais ouverte au Mont-sur-Lausanne.

Mode de vie menacé

Plus de 30'000 personnes d'origine yéniche, sinti et manouche vivent actuellement en Suisse, selon le canton. Parmi elles, 2000 à 3000 ont un mode de vie itinérant et se déplacent en Suisse pendant la période d'avril à octobre.

La Suisse a reconnu ces communautés en tant que minorité nationale, en ratifiant la Convention-cadre du Conseil de l'Europe en 1995, ce qui implique notamment la création d'aires de séjour et de passage. Or les emplacements manquent, ce qui menace leur mode de vie.